Affaire Vincent Lambert : la procédure d'arrêt des soins doit reprendre, selon le rapporteur public

La cour administrative d'appel de Nancy (Meurthe-et-Moselle) se penche sur le cas de ce tétraplégique en état "végétatif". Elle doit annuler ou confirmer une précédente décision de justice.

Vincent Lambert, au CHU de Reims (Marne), le 25 juillet 2013.
Vincent Lambert, au CHU de Reims (Marne), le 25 juillet 2013. (MAXPPP)
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La procédure d'arrêt des soins de Vincent Lambert doit reprendre, a estimé le rapporteur public de la cour administrative d'appel de Nancy, jeudi 26 mai. Son avis n'est pas contraignant, comme l'explique le site du Conseil d'Etat mais il est souvent suivi par la justice administrative.

Or la cour administrative d'appel de Nancy (Meurthe-et-Moselle) se penche jeudi sur le cas de ce tétraplégique en état "végétatif". Les juges devront annuler ou confirmer une décision du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne qui, en 2015, avait rejeté une nouvelle demande d'arrêt des soins de l'ancien infirmier quadragénaire. La Cour rendra sa décision le 16 juin.

Une famille qui se déchire

Vincent Lambert se trouve dans un état végétatif depuis 2008. Depuis des années, ses parents, catholiques traditionalistes persuadés que leur fils n'est plus dans un état végétatif, refusent tout arrêt des soins, tandis que d'autres proches souhaitent cesser l'alimentation et l'hydratation. Dans cette famille déchirée et alors que la femme de Vincent Lambert est devenue officiellement sa tutrice en mars, c'est son neveu, François, qui avait saisi les juges de Châlons-en-Champagne.