Procès du docteur Bonnemaison : cinq ans de prison avec sursis requis à son encontre

Le médecin est jugé en appel pour avoir empoisonné sept patients en phase terminale. Le verdict est attendu samedi.

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce 23 octobre, le docteur Bonnemaison est sorti très abattu du réquisitoire. Au palais de justice d'Angers (Maine-et-Loire) où se tenait le procès en appel, l'avocat général a démontré durant trois heures point par point que l'ancien urgentiste avait seul et sciemment décidé d'abréger les souffrances de sept de ses patients. "J'ai surtout l'impression que le parquet s'enferme dans sa toute-puissance et veut chercher à tout prix une condamnation du docteur Bonnemaison. Alors soit c'est un assassin et à ce moment-là il faut le condamner, soit c'est un médecin, mais on ne peut pas être entre les deux comme à chercher à le dire et à l'affirmer l'avocat général", explique Me Arnaud Dupin, avocat du Dr Nicolas Bonnemaison.
Pour certaines parties civiles, l'acquittement serait inconcevable. "L'empoisonnement est un meurtre. Quelles que soient les motivations bonnes ou mauvaises, le droit ne distingue pas", soutient Me Thierry Cazes, avocat de la partie civile.

"Soulager leur souffrance"

Durant deux semaines d'audience, le docteur Bonnemaison n'a pas changé sa ligne de défense. "Je ne voulais pas tuer mes patients. Je voulais juste soulager leur souffrance", a-t-il répété à plusieurs reprises. Le verdict est attendu samedi.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'ancien urgentiste Nicolas Bonnemaison, lors de son procès à Pau (Pyrénées-Atlantiques), le 25 juin 2014.
L'ancien urgentiste Nicolas Bonnemaison, lors de son procès à Pau (Pyrénées-Atlantiques), le 25 juin 2014. (GAIZKA IROZ / AFP)