Le parquet général de Lyon se pourvoit en cassation après la relaxe de Jean Mercier

Le parquet général de Lyon s'est pourvu en cassation, six jours après la relaxe de Jean Mercier. En 2011, cet octogénaire avait aidé son épouse à mourir. Son avocat a dénoncé un "pourvoi totalement contre-productif".

Jean Mercier, au tribunal correctionnel de Saint-Etienne (Loire), le 22 septembre 2015.
Jean Mercier, au tribunal correctionnel de Saint-Etienne (Loire), le 22 septembre 2015. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le parquet général de Lyon a décidé de se pourvoir en cassation après la relaxe de Jean Mercier, l'homme de 88 ans qui avait aidé sa femme à mourir en 2011, révèle France Bleu Saint-Étienne Loire.

Le 10 novembre 2016, la Cour d'appel de Lyon l'avait relaxé. Jean Mercier se disait alors soulagé. Mais le parquet général avait jusqu'au mardi 15 novembre à minuit pour se prononcer sur un pourvoi possible devant la chambre criminelle de la Cour de cassation, ce qu'il a fait.

"C'est un pourvoi totalement contre-productif et inopportun vu la longueur de la procédure et l'âge de M. Mercier ", a déploré son avocat Me Boulay. Jean Mercier a déclaré, le 16 novembre, qu'il s'y "attendait un peu". La Cour de cassation devra se prononcer uniquement sur l'illégalité ou non de la décision de la Cour d'appel de Lyon.

Lors du procès, en septembre 2016, la Cour d'appel de Lyon a estimé que Jean Mercier avait aidé son épouse à avaler les médicaments qui lui ont été fatals et ne s'était donc pas rendu coupable de non-assistance à personne en danger. L'avocat général avait demandé la confirmation de la peine d'un an de prison avec sursis.