Selon la FCPE, au moins 6 000 jours de classe n'ont pas été assurés depuis septembre dans 57 départements

La Fédérations de parents d'élèves recense ces absences non remplacées, de la maternelle au lycée, sur le site internet Ouyapacours. 

Dans une école primaire à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 1er septembre 2015. 
Dans une école primaire à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 1er septembre 2015.  (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

Mis à jour le , publié le

Ouyapacours.fcpe.asso.fr. C'est le nom d'un site mis en ligne par la FCPE pour recenser toutes les heures ou les journées de classe sans enseignant, de la primaire au lycée. Selon les estimations de cette Fédération de parents d'élèves (classée à gauche) relayées par France Info, vendredi 19 février, au moins 6 000 jours de classes n'ont pas été assurés depuis septembre 2015 dans 57 départements. Une "fourchette basse", la vérité tournant plutôt autour de 10 000 jours, selon la FCPE. 

"Les maternelles et les primaires sont désormais concernés"

Selon Hervé-Jean Le Niger, l’un des responsables de la FCPE interrogé par la radio, le constat est d’autant plus inquiétant que "cela concerne maintenant le premier degré, maternelles et primaires. Les enfants de primaire se retrouvent soit dispersés dans d’autres classes avec des surcharges d’effectifs, soit devant des remplaçants qui ne sont pas des titulaires, qui sont des contractuels recrutés à Pôle emploi sans formation", précise-t-il. Il ajoute que ces contractuels, "même s’ils ont une certaine qualification, n’ont pas de formation pédagogique pour le remplacement."

Cette situation perdure malgré la création de 35 000 postes par l’Education nationale depuis 2012. A Paris, des parents d'élèves du 15e arrondissement ont lancé une pétition sur internet, rapporte France Info. Dans cette pétition, ils demandent à la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, de "mettre un terme à ces dysfonctionnements dans les remplacements"