Sélection à l'université : les quatre mesures de Najat Vallaud-Belkacem pour réformer les admissions post-bac

La ministre de l'Education dévoile, mardi, des changements concernant la procédure d'admission dans l'enseignement supérieur.

Najat Vallaud-Belkacem lors d'une conférence de presse à Bruxelles (Belgique), le 23 novembre 2015.
Najat Vallaud-Belkacem lors d'une conférence de presse à Bruxelles (Belgique), le 23 novembre 2015. (JOHN THYS / AFP)

Mis à jour le , publié le

En juillet dernier, quelque 75 000 bacheliers se sont retrouvés sans affectation à l'université. Pour remédier à ces problèmes d'orientation, Najat Vallaud-Belkacem présente, mardi 8 décembre, une série de mesures pour réformer la procédure d'Admission post-bac (APB). Voici les grandes lignes du projet que la ministre de l'Education a dévoilé dans les colonnes du Parisien

Une procédure plus transparente

Première mesure envisagée par la ministre : rendre public l'algorithme d'APB. Les élèves et leurs parents recevront un livret explicatif afin de mieux comprendre les conditions d'attribution des places en université, selon Le Parisien. Le taux de réussite aux examens et le taux d'insertion à l'issue des filières seront également indiqués sur le site d'APB, afin de permettre aux futurs étudiants de faire leurs choix en connaissance de cause.

Au moins un cursus non sélectif dans les choix des lycéens

En 2015, près de 50% des lycéens ont demandé dans leurs premiers vœux une formation en Staps (sport), en psychologie, en droit ou dans le domaine de la santé. Résultats, même les cursus censés être ouverts à tous se retrouvent surchargés, forçant les universités à organiser le tirage au sort des candidats ou des sélections sur dossier.

La ministre de l'Education compte désormais imposer aux élèves de choisir au moins un cursus non sélectif et non surchargé, au moment des vœux sur APB. "Le tirage au sort doit être un dernier recours, martèle Najat Vallaud-Belkacem. Il faut le restreindre au maximum."

Des choix par matière dans les voies surchargées

Jusqu'ici, les lycéens choisissaient les universités où ils souhaitaient étudier. A partir de cette année, ceux qui se destinent à une filière particulièrement demandée devront d'abord choisir une matière, comme la psychologie ou le droit. Ils devront ensuite "classer, à l'intérieur de ce voeu, les lieux qui dispensent cette formation dans [leur] académie, par ordre de préférence", explique Le Parisien. Les élèves des académies de Versailles, Créteil et Paris pourront, eux, obtenir une affectation dans toute l'Ile-de-France. 

"Cela va conduire des étudiants à se déplacer et nous les accompagnerons dans cette mobilité, y compris financièrement, en aidant aux transports, ou pour trouver une place en résidence universitaire par le biais du Crous", promet Najat Vallaud-Belkacem.

Des quotas pour les bac pro et techno

Quelque 60% des lycéens ayant opté pour un bac pro entament des études supérieures. La ministre promet de leur réserver des places en BTS et d'améliorer la pédagogie dans cette filière, pour augmenter les chances de ces étudiants à l'examen.

Najat Vallaud-Belkacem veut, en outre, réserver davantage de places en IUT pour les élèves ayant obtenu un bac technologique. "Je vais demander aux recteurs de fixer localement des quotas", explique la ministre de l'Education au Parisien.