Sciences Po : pari réussi pour les conventions d'éducation prioritaire

Dimanche 17 mai, France 3 est parti à la rencontre des premiers élèves issus de lycées défavorisés admis à Sciences Po Paris. Que sont-ils devenus ?

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Que sont devenus les premiers élèves issus de lycées ZEP admis à Sciences Po ? Laetitia Avia a créé son cabinet d'avocats à Paris. Un bout de chemin parcouru depuis son enfance à Saint-Ouen. Au lycée, elle en rêvait, mais sans y croire. Sa chance ? Être sélectionnée pour postuler à Sciences Po grâce à la convention d'éducation prioritaire réservée aux lycées défavorisés. On est en 2003, difficile alors pour cette fille d'une aide-soignante et d'un chauffeur de Seine-Saint-Denis d'être une pionnière à l'école des élites.

Ils représentent aujourd'hui 16% des promotions

En quatorze ans, pari gagné pour Sciences Po et ses conventions d'éducation prioritaire. Déjà 1 300 élèves de lycées classés ZEP ont intégré cette école publique d'excellence. Ils représentent aujourd'hui 16% des promotions. Côté carrière, aucune différence ou presque entre les diplômés venus de ZEP et les autres. "Ils s'orientent peut-être plus vers le privé que vers la fonction publique, mais les salaires et le taux de recrutement sont équivalents", conclut la journaliste de France 3.

Le JT
Les autres sujets du JT
La directrice de l\'Ecole de journalisme de Sciences Po a été mise en congé après des accusations de plagiat, le 17 novembre 2014.
La directrice de l'Ecole de journalisme de Sciences Po a été mise en congé après des accusations de plagiat, le 17 novembre 2014. (FRANCK FIFE / AFP)