Un village de l'Essonne refuse d'appliquer les nouveaux rythmes scolaires en 2014

Trop chers et pas bons pour les enfants, a estimé le conseil municipal. Le maire invoque la désobéissance civile.

L'école et la mairie de Janvry (Essonne) où a été votée une délibération contre la réforme des rythmes scolaires, le 7 octobre 2013.
L'école et la mairie de Janvry (Essonne) où a été votée une délibération contre la réforme des rythmes scolaires, le 7 octobre 2013. (GOOGLE MAPS)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Pas question ! La petite commune de Janvry (Essonne) refuse d'appliquer la réforme des rythmes scolaires en 2014. Son maire, Christian Schoettl (Nouveau Centre), en appelle carrément "à la désobéissance civile", mercredi 9 octobre.

Confirmant une information du Parisien, l'élu explique que le conseil municipal du village d'environ 550 habitants a voté lundi soir une délibération intitulée "Rythmes scolaires : c'est non !" "Nous sommes républicains. Quand il y aura une loi, on l'appliquera. Là, ce n'est qu'un décret mal-ficelé (...) Je suis dans la désobéissance civile et je l'assume", revendique ce maire.

"Vont-ils envoyer les CRS ?"

De toute façon, pour lui, "on assiste sur un certain nombre de communes qui ont appliqué la réforme par loyauté ou par militantisme, à un véritable désastre". La réforme ne fait en tout cas pas l'unanimité. Un Français sur deux y est même opposé.

Alors même pas peur, le maire ? "Ca m'intrigue de voir s'ils vont envoyer les CRS." Il dénonce la "fracture entre communes riches et pauvres [les communes devant rémunérer les animateurs pour les activités périscolaires]" induite par une réforme faite, selon lui, au "mépris des intérêts de l'enfant". Il encourage d'ailleurs d'autres maires à suivre l'exemple de Janvry "pour faire reculer Peillon".

Moins d'une semaine plus tôt, le ministre de l'Education a pourtant assuré qu'il ne reculerait pas. De plus, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé dans la soirée de mercredi que les aides aux communes seraient reconduites en 2014. Est-ce que cela surffira à convaincre Christian Schoettl ?