Quand les étudiants se dopent pour réussir leurs examens

Nombreux sont les étudiants qui ont recours à des stimulants physiques ou intellectuels, censés décupler leurs capacités et compenser le manque de sommeil.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

 

Architecture, philosophie, commerce, pour tous les étudiants c'est la période des partiels. Une période importante, décisive où il faut rester concentrer. En période d'examen, qui n'a jamais rêvé d'un cachet qui rendrait le cerveau plus performant ? Des simples comprimés de caféine aux médicaments vendus sur ordonnance, en France de nombreux étudiants prennent ces dopants intellectuels.
C'est le cas de Yann Orhon, en troisième année d'architecture. Quand il faut rendre des projets, le jeune homme de 25 ans dort très peu. Depuis quatre ans, il booste ses capacités de travail, une pratique courante, légale, mais encore taboue. Le produit qu'il utilise, un concentré de caféine et de vitamine C. Il en prend parfois tous les jours quand il y a urgence, un plus qui lui permet de boucler ses travaux. "Il y a un effet physique pour tenir la fatigue, mais aussi l'effet placebo ou psychologique où je me dis maintenant j'ai pris ça, ça va aller je peux bosser tranquillement sans souci ", explique Yann.

Marché parallèle


Efficace, mais pas sans risque. Avec la caféine à haute dose et les nuits sans sommeil, le corps se dérègle. Pendant leurs études, 22% des garçons et 38 % des filles reconnaissent avoir pris des produits pour améliorer leurs performances. Certains vont encore plus loin, et vont acheter en toute illégalité au marché noir des gélules censées décupler leurs facultés intellectuelles.

Le JT
Les autres sujets du JT