Les ABCD de l'égalité mis au placard par Benoît Hamon ?

Selon "l'Express", le ministre de l'Education aurait plaidé auprès de Manuel Valls pour le retrait de cette formation à l'égalité filles-garçons expérimentée dans 275 écoles depuis la rentrée 2013.

L'ABCD de l'égalité est expérimenté dans une école primaire à Villeurbane (Rhône), le 13 janvier 2014.
L'ABCD de l'égalité est expérimenté dans une école primaire à Villeurbane (Rhône), le 13 janvier 2014. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'ABCD de l'égalité ne dépassera peut-être pas le stade de l'expérimentation. Conçue pour sensibiliser, à l'école, les enfants aux stéréotypes qui pèsent sur les garçons et les filles, la mesure va être enterrée par Benoît Hamon, le ministre de l'Education nationale, selon une information révélé par l'Express, jeudi 19 juin. Il aurait beaucoup consulté avant d'exposer son analyse au Premier ministre, Manuel Valls.

Depuis la mise en place des ABCD de l'égalité dans 275 écoles primaires en France à la rentrée 2013, un vent de contestation s'est levé contre ce dispositif. Des rumeurs invraisemblables ont circulé autour de la "théorie du genre". Et selon l'Express, Benoît Hamon aurait préféré ranger ce dossier explosif au placard. L'expérimentation ne devrait donc pas être généralisée à la rentrée 2014.

Des annonces début juillet

Interrogé par l'hebdomadaire, le ministre de l'Education confie : "Le sujet reste prioritaire, mais il a suscité un tel climat de nervosité que les écoutilles sont fermées, mieux vaut utiliser la médecine douce. Nous travaillerons sur ce sujet différemment." Toujours selon L'Express, "l'abandon est accepté, y compris par Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes".  

Le ministre de l'Education nationale fera "dans les premiers jours de juillet" des annonces sur le devenir des "ABCD de l'égalité", a indiqué vendredi son entourage. "L'éducation à l'égalité est une mission essentielle de l'école. Il n'est nullement question d'y renoncer", ont affirmé vendredi, dans des messages identiques sur leurs comptes Twitter, Benoît Hamon et Najat Vallaud-Belkacem.

.