Pédophilie : les commissions disciplinaires mises en cause

Ce samedi, tout le monde tente de comprendre comment le professeur a pu réintégrer l’Éducation nationale.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

À Villemoisson-sur-Orge (Essonne), l’établissement dont est issu le professeur de mathématiques mis en examen pour agression sexuelle sur mineur a été tagué dans la nuit de vendredi à samedi. “Pédophile“, “Bravo l’école“, peut-on lire. Des mots qui en disent long sur la stupeur qui a frappé cette commune et en particulier les collégiens lorsqu’ils ont découvert les agissements de leur professeur.
“Il est super gentil. Quand on le regarde, on ne dirait pas qu’il pourrait faire du mal à un enfant“, note un élève.

Déjà condamné

L’enseignant avait déjà été condamné à 15 mois de prison pour pédophilie en 2006, en Grande-Bretagne. Il y dirigeait alors une colonie de vacances. À son retour en France, il demande à réintégrer l’Éducation nationale. En 2007, une commission administrative valide sa demande. “C’est surréaliste“, déclare un parent d’élève. Pourtant, dans ce dossier, les 35 membres de la commission ont voté pour la réintégration du professeur, à l’unanimité estimant qu’un doute subsistait sur la réalité des faits. Les compétences de ces commissions disciplinaires faites en interne sont donc désormais en cause. Une enquête administrative a été ouverte.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le clip de Mélissa Theuriau contre le harcèlement à l'école, diffusé le 28 octobre 2015 par le ministère de l'Education nationale.
Le clip de Mélissa Theuriau contre le harcèlement à l'école, diffusé le 28 octobre 2015 par le ministère de l'Education nationale. (MINISTRE DE L'EDUCATION NATIONALE / DAILYMOTION)