Pas de RER A, candidats à l'agrégation en retard : aucun recours

Victimes collatérales de la grève spontanée des conducteurs du RER A, au moins cinquante candidats à l'agrégation n'ont pas pu être à l'heure pour passer leur concours jeudi matin. Ils ont été éliminés d'office et l'Education nationale ne leur laisse aucun recours.

(La grève des conducteurs du RER A a empêché certains candidats à l'agrégation de passer le concours. © MaxPPP)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Le mouvement social des conducteurs a été annoncé jeudi à 6 h du matin, soit trois heures avant le début de l'épreuve de l'agrégation. Une situation qui a fait enrager Stéphane, professeur de mathématiques. Quand il a compris qu'aucun RER ne roulerait, qu'il ne serait pas à l'heure et qu'il ne serait pas le seul, il a espéré que les organisateurs du concours auraient pris des dispositions. Mais quand il est arrivé, avec 20 minutes de retard, il n'a trouvé qu'un portail fermé et aucun interlocuteur.

 

"Il fallait prendre une décision, personne n'a osé la prendre. Je n'en veux pas du tout aux conducteurs de RER, j'en veux plus à l'institution et à son manque de réactivité, c'est comme si rien ne s'était passé ", regrette l'enseignant.

 

Les recalés du RER A sont des enseignants en exercice. Jeudi se tenait la première épreuve du concours interne de l'agrégation. Certains ont fondu en larmes en réalisant qu'ils avaient raté le concours sans même l'avoir tenté. Comme Jean-Yves, certains l'ont préparé depuis deux ans, d'autres avaient même pris un congé de formation pour le tenter.

 

Et c'est pour eux que le coup est le plus dur : "On est payés mais à 85 % de notre salaire de base. Ca nous permet d'être à plein temps sur la formation mais c'est vraiment un investissement en termes de temps et en termes financiers. C'est vraiment injuste, et terrible."

 

Terrible mais sans remède, car l'agrégation n'est pas un examen mais un concours national : impossible d'organiser de nouvelles épreuves avant l'année prochaine.