“On a de plus en plus d’élèves sans logement”, une directrice d’école témoigne

Véronique Decker est directrice d’école primaire à Bobigny. Dans un entretien pour Brut, elle raconte l’augmentation des inégalités dans le milieu scolaire. Rencontre.

Voir la vidéo
avatar
franceinfo Brut.France Télévisions

Mis à jour le
publié le

“C’est la précarité qui met les enfants à l’épreuve”, déplore Véronique Decker. Cela fait 23 ans que cette directrice d’école primaire voit défiler chaque année des élèves en Seine-Saint-Denis et la pauvreté grandissante des enfants inquiète fortement l'enseignante: “on a de plus en plus d’élèves sans logement”. En effet, l’année dernière le Samusocial de Paris s’occupait, chaque jour, de 9726 familles sans domicile fixe.

Une société qui ferme ses portes à la jeunesse. 

Au-delà des problèmes purement économiques et budgétaires, ce qui marque Véronique Decker c’est la dégradation de l’égalité des chances. “Aujourd’hui, j’ai le sentiment qu’on une société qui ferme les portes à la jeunesse”. La directrice raconte d’ailleurs sa vision de l’école dans deux ouvrages, “ Trop classe!” et “L’école du peuple”, publiés aux éditions Libertalia.

Véronique Decker, directrice d\'école à Bobigny 
Véronique Decker, directrice d'école à Bobigny  (Brut)