Nice : le nissart, variante de l'occitan, s'étudie de génération en génération

Tombé dans l'oubli, le nissart est à nouveau tendance. À l'école, au théâtre ou en chanson, on continue à l'apprendre. L'occasion de perpétuer une tradition.

Voir la vidéo
France 3

Mis à jour le , publié le

Dans les collèges et lycées de l'académie de Nice, dès la 6e, près de 2 500 élèves étudient deux heures par semaine la langue locale : le nissart. Cette variante de l'occitan est désormais enseignée par des professeurs certifiés. "Il faut commencer par connaître ses propres racines pour pouvoir s'ouvrir beaucoup mieux aux autres cultures", explique Anne-Marie Sgaravizzi, professeure de nissart à Nice.

Un refuge

Emma Luneau, élève de 5e aime passer du temps sur ses devoirs de nissart, même si ce n'est pas toujours facile. Au théâtre aussi, les Niçois sont friands de cette langue qui marque leur histoire. "Aux Niçois on leur a imposé à tour de rôle l'Italien, le Français comme langue obligatoire. Dans ces moments là, les Niçois se sont toujours réfugiés vers leur langue", explique Jean-Luc Gag qui fait vivre depuis quatre générations le théâtre en nissart. Cet engouement dépasse les frontières de la ville de Nice.

Le JT
Les autres sujets du JT