Médecine à tout prix : un concours couperet dès la première année

Réussir la première année de médecine, telle est la volonté de plusieurs milliers d'étudiants chaque année. Un parcours du combattant qui demande de nombreux sacrifices.

Voir la vidéo
France 2

Mis à jour le , publié le

Les journalistes de France 2 sont allés en immersion auprès des étudiants de médecine. En première année, ils doivent passer un concours très sélectif. Faire médecine, c'est comme plonger dans un univers énigmatique.
La veille de l'examen,  Léa, 18 ans, bute encore sur certaines phrases. La seule méthode qui prime pour être sûre de réussir est de tout apprendre, plusieurs centaines de pages par cœur. C'est le seul moyen de faire partie des 20% de reçus au concours.


Depuis trois mois, Léa a donc renoncé au sport, aux sorties et même au shopping. Une année de sacrifice assumée. La Grande Halle de Clermont-Ferrand est transformée pour l'occasion en centre d'examen. Ils sont plus de 1 200 candidats et il n'y a que 362 places. Un passage obligé pour devenir médecin, pharmacien, dentiste ou encore sage-femme. Le doyen de la faculté de Clermont-Ferrand a dévoilé à France 2 l'épreuve en cours. Un questionnaire à choix multiple avec 77 questions et six réponses à faire en deux heures seulement. "Ils ont par ligne 10 à 15 secondes. Il faut être une bête intellectuelle", confirme le Professeur Jean Chazal. Il n'y a que deux chances pour faire médecine. La concurrence est impitoyable.

40 000 étudiants en échec

80% des candidats sont recalés ici comme partout en France. Cela représente 40 000 étudiants en échec chaque année.  Au moins 20% des étudiants en médecine déclarent plus tard avoir des troubles anxieux. Léa termine deuxième du concours. La deuxième partie se déroulera en mai.

Le JT
Les autres sujets du JT
Etudiants à l'université de la Timone, à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 11 décembre 2012.
Etudiants à l'université de la Timone, à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 11 décembre 2012. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)