La rentrée scolaire 2014 est reportée d'une journée

Le ministre de l'Education, Benoît Hamon, a précisé vendredi le calendrier de la prochaine rentrée scolaire. Les élèves débuteront finalement leur année le mardi 2 septembre, et non le 1er comme cela était initialement prévu. Objectif, permettre aux enseignants de faire leur pré-rentrée sereinement.

(Cette année, la rentrée des classes aura lieu le 2 septembre 2014. © Claire Josselin/Maxppp)
avatar
Radio France

Mis à jour le
publié le

Ce n'est pas un report important, une journée seulement. Mais ce changement de calendrier pourrait impliquer, pour certaines familles, de modifier leur organisation de rentrée. En effet, contrairement à ce qui était prévu, il n'y aura pas d'école le lundi 1er septembre. Ce sera la pré-rentrée... des professeurs. Conséquence pour les douze millions d'élèves concernés, les cours ne débuteront que le lendemain, à savoir le mardi 2. 

"Nous avions un vrai problème technique pour réaliser dans de bonnes conditions la pré-rentrée" (Benoît Hamon)

"La raison pour laquelle nous avons reporté du 1er au 2 septembre la rentrée des élèves, c'est que depuis le 8 avril, et la première réunion des recteurs que j'ai faite, la question de la difficulté de faire la pré-rentrée le 29 août m'a été posée, étant donné que nous accueillons 40.000 enseignants supplémentaires ", a précisé le ministre de l'Education lors d'un déplacement à l'Ecole supérieure de professorat et de l'Education (ESPE) de Melun. "Nous avions un vrai problème technique pour réaliser dans de bonnes conditions la pré-rentrée ", a ajouté Benoît Hamon pour qui il était impossible de maintenir le calendrier en l'état.

Le report n'était pas forcément nécessaire selon le SNUIPP

"La suppression de la journée de pré-rentrée aurait été une véritable catastrophe en terme d'organisation ", explique sur France info Christian Chevalier de l'UNSA.  "La raison l’emporte ", se félicite  le secrétaire général du syndicat des enseignants à l'union nationale des syndicats autonomes. Sébastien Sihr, secrétaire général du syndicat national unitaire des instituteurs professeurs des écoles (SNUIPP) ne partage pas cet avis et dénonce plutôt un "cafouillis général ". "La journée de pré-rentrée reste mais on ne comprend pas pourquoi justement reporter, décaler cette journée comme ça au dernier moment [...] tout cela n'est pas très sérieux ", estime-t-il, précisant que le SNUIPP n'était pas demandeur d'une telle mesure.