L'instituteur mythomane d'Aubervilliers relaxé pour vices de procédure

Mi-décembre, il avait inventé une agression au cutter par un homme se réclamant de Daech. Jugé par le tribunal correctionnel de Bobigny, il a été relaxé en raison d'erreurs des policiers.

(L'école Jean Perrin a Aubervilliers où il disait avoir été agressé © William Abenhaim/SIPA)
Radio France

Mis à jour le
publié le

L’enseignant de 45 ans avait affirmé avoir été poignardé dans son école d’Aubervilliers  avant d’avouer avoir inventé une attaque de Daech. Accusé de "dénonciation de crime imaginaire" devant le tribunal correctionnel de Bobigny, il avait maintenu avoir été agressé. Et le procureur avait requis deux à trois mois de prison avec sursis. Finalement il a été relaxé car le tribunal a notamment annulé les procès verbaux d'audition, recueillis par des policiers alors que le prévenu se trouvait à l'hôpital sous morphine. Toute la procédure a alors eté frappée de nullité. 

A LIRE AUSSI ►►► Aubervilliers : le professeur des écoles reconnaît avoir inventé son agression