Éducation : quelles clés pour lutter contre la ségrégation sociale ?

Une équipe de France 3 s'est rendue dans un collège Beauvais. Il réussit à mixer les classes sociales alors qu'il est situé dans un quartier défavorisé de la ville.

Voir la vidéo
France 3

Mis à jour le , publié le

15 à 20% des écoles sont touchées par la ségrégation sociale. Ces mots, c'est Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Éducation, qui les a tenus ce lundi 9 novembre. Le collège Henri Beaumont est situé dans un quartier populaire de Beauvais. Ici, le taux de chômage atteint 20%. Mais le classement en REP+ est vécu comme un atout. "Les familles, les enseignants sont persuadés de l'impact positif des moyens attribués dans le cadre de l'éducation prioritaire", explique Xavier Mouchard, principal de l'établissement.

Convaincre les parents

Ici le taux de réussite au brevet est passé de 59 à 80%, pourtant chaque année une cinquantaine d'élèves manquent à l'appel. Dérogation pour un autre établissement, choix du privé, il faut convaincre les familles. Karine Dupré est une mère de famille impliquée, elle ne vit pas dans le quartier, mais en pleine campagne.
Carte scolaire oblige, cette zone rurale est rattachée au collège Henri Beaumont. "J’ai voulu dépasser les 'on-dit'. C'est vrai qu'on peut avoir une mauvaise approche du collège. En ayant des contacts avec le collège, on se rend compte qu'on a des professeurs aussi passionnés dans le public que certainement dans le privé. Moi, il me suffisait d'un sentiment de sécurité pour mes enfants pour me convaincre", explique Karine Dupré. Pour attirer des autres profils le collège a des atouts : des classes en petit effectif et du travail sur mesure adapté au niveau des élèves.

Le JT
Les autres sujets du JT
La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, le 14 octobre 2015 à Paris.
La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, le 14 octobre 2015 à Paris. (YANN BOHAC / CITIZENSIDE.COM / AFP)