Classes bilangues : le rétropédalage de Najat-Vallaud-Belkacem

La ministre de l'Education a présenté ce vendredi la nouvelle carte académique des langues vivantes. En visite dans une école primaire du 11e arrondissement de Paris, elle a aussi confirmé que les classes bilangues seront bien maintenues, au moins 70% d'entre elles. Des classes qu'elle jugeait élitistes.

(Najat-Vallaud-Belkacem a reculé sur les classes bilangues © REUTERS)
Radio France

Mis à jour le
publié le

 La ministre Najat Vallaud-Belkacem a tenté de se justifier. Oui elle veut toujours supprimer les classes bilangues qui permettent de contourner la carte scolaire, non elle ne veut pas supprimer les classes bilangues de continuité, c’est-à-dire celles qui permettent à un élève de poursuivre au collège l'apprentissage d'une autre langue que l'anglais. La nuance est subtile mais l'effet ne sera pas immédiat à la rentrée prochaine dans les collèges comme le reconnait la ministre de l'Education:

"L'éducation c'est toujours un temps long, le temps que ces enfants qui commencent une autre langue vivante que l'anglais à l'école primaire sortent de l'école primaire. Au bout de trois ou quatre ans, les 6e bilangue seront constituées d'enfants qui sont là parce qu'ils ont commencé une autre langue vivante que l'anglais à l'école primaire. Entre temps, la question qui s'est posée à nous c'était s'il fallait supprimer les classes bilangues actuelles en attendant de les reconstruire dans trois ou quatre ans. C'est un peu idiot. Et donc nous avons préféré les maintenir pour faire en sorte qu'il y ait une vraie continuité".

Najat-Vallaud-Belkacem a justifié ce matin le maintien à terme de 70% des classes bilangues
--'--
--'--
Sur 3.000 collèges avec des classes bilangues, 2.300 proposeront anglais-allemand. Le nombre de postes au Capes d'allemand va augmenter. Reste à savoir si les enseignants et les parents seront convaincus.