Bientôt un nouveau bac "humanités numériques" ?

Le Conseil national du numérique rend public son rapport sur l'éducation. Il s'agit de guider le gouvernement dans sa réforme du numérique à l'école. Parmi les propositions pour "inventer l'école du XXIe siècle", il y a celle-ci, que vous révèle France Info : créer une nouvelle série au baccalauréat général, le bac numérique.

(Bientôt un bac "Humanités numériques" au lycée ? © MaxPPP)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Il n'y aurait plus seulement le bac scientifique, littéraire ou économique en filière générale, il y aurait un bac HN comme "humanités numériques" . Un bac qui "reflète l'aventure de la jeunesse" selon les auteurs du rapport du Conseil national du numérique, avec, au menu, la création numérique, la découverte des métiers informatiques, créatifs, ou des "big data", ces mégadonnées qui circulent sur les sites et qui sont de plus en plus utilisées. Il y a d'ailleurs de plus en plus de formations aux "big data" dans les grandes écoles.

Selon ce rapport, ce nouveau bac pourrait "revitaliser les études secondaires". C'est l'une des propositions principales du conseil national du numérique mais ce n'est pas la seule.

Des cours d'informatique dès la troisième

L'idée générale est de faire émerger des initiatives des enseignants et des élèves eux-mêmes, le rapport estime par exemple que ce sont les élèves qui "feront la transition numérique". "Il ne suffira pas de leur confier une tablette pour leur cours d'histoire" , précise le texte, "il faudra s'appuyer sur leurs pratiques."

Ce rapport propose enfin des cours d'informatique dès la classe de troisième, dans un champ assez large. Il ne s'agirait pas uniquement d'apprendre la programmation, mais d'initier les élèves à une expérience de projet, ils pourraient notamment fabriquer des objets connectés. C'est un rapport ambitieux, il s'agit "d'inventer l'école du XXIe siècle".

C'est Ludovic Blécher, du Conseil national du numérique, qui défend cette idée de "bac numérique". Avec des idées très précises sur le projet. Il répond à Célia Quilleret
--'--
--'--