Université : des bacheliers laissés pour compte

Ce lundi 25 septembre est une date importante pour tous les bacheliers. Les admissions post-bac finissent ce soir. Actuellement près de 3 000 d'entre eux seraient toujours sans affectation, un casse-tête pour les familles.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Maxime Novarini, 18 ans, passe ses journées à la maison. Bac techno en poche, il n'a toujours pas obtenu de place à l'université. Il voulait suivre une filière STAPS pour devenir professeur d'Éducation physique, sa passion. Mais aucun des 12 choix qu'il a formulés sur APB n'a abouti. "Toute notre jeunesse, on nous dit : 'Travaillez, travaillez vous aurez ce que vous voulez'. Au final même en travaillant on n'a pas forcément ce que l'on veut, faute de places et de moyens pour le ministère", livre-t-il. Sa mère a tenté plusieurs recours. Elle a même écrit au recteur sans succès.

APB doit disparaître

Une désillusion pour le jeune homme. "Il a tout donné. Il a effectué un bac STL pensant qu'il aurait le niveau requis en biologie et sciences pour atteindre le niveau pour atteindre la filière qu'il voulait suivre, STAPS. Et aujourd'hui, il n'a aucune proposition dans les universités", indique-t-elle. Comme Maxime, ils sont près de 3 000 bacheliers sans solution alors que les admissions finissent ce lundi 26 septembre au soir. Même la ministre de l'Enseignement supérieur en convient, APB doit disparaître. Il pénalise surtout les bacheliers issus de filières technologiques et professionnelles. En liste d'attente pour cette année, Maxime révise les cours qu'il a récupérés auprès de ses copains. Il ne veut pas perdre de temps si une place devait se libérer.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des bacheliers découvrent leurs résultats, en juin 2016 à Rennes (Ille-et-Vilaine). 
Des bacheliers découvrent leurs résultats, en juin 2016 à Rennes (Ille-et-Vilaine).  (MAXPPP)