Université : 6000 lycéens sont encore sans affectation

Pour plus de 6000 lycéens sans affectation en faculté, la rentrée est synonyme d'angoisse.

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

À quelques jours de la rentrée universitaire, Hugo Delatte est toujours sans affectation. Le Bac en poche, il vise un DUT Génie mécanique, mais il est encore sur liste d'attente. "Je me sens angoissé. J'ai fait énormément de voeux pour avoir une possibilité de rentrer où je souhaite et là, à dix jours de la rentrée, je suis refusé à la moitié de mes voeux", explique-t-il.

Faillite d'un système

Et face à un dispositif totalement informatisé, Hugo et ses proches se sentent bien seuls. Comme Hugo Delatte, plus de 6000 lycéens sont toujours sans affectation pour la rentrée, c'est 2000 de plus que l'année dernière à la même période. C'est la faillite d'un système pour les présidents d'université, qui demandent plus de moyens. Pour les recalés de cette année, il reste encore la procédure complémentaire, c'est à dire l'ultime vague d'admissions jusqu'au 25 septembre, un dispositif qui ne satisfait pas les syndicats de lycéens.

Le JT
Les autres sujets du JT
Après la première vague d\'affectation des étudiants (il y en aura deux autres, les 26 juin et 14 juillet, suivies de la procédure complémentaire pendant l\'été), 169 filières universitaires étaient concernées par le tirage au sort, selon les données du ministère. Elles étaient 78 l\'an dernier à la même époque. Et en fin de procédure APB, à l\'automne 2016, 3.500 étudiants étaient restés sans affectation. Image d\'illustration.
Après la première vague d'affectation des étudiants (il y en aura deux autres, les 26 juin et 14 juillet, suivies de la procédure complémentaire pendant l'été), 169 filières universitaires étaient concernées par le tirage au sort, selon les données du ministère. Elles étaient 78 l'an dernier à la même époque. Et en fin de procédure APB, à l'automne 2016, 3.500 étudiants étaient restés sans affectation. Image d'illustration. (FRANCOIS DESTOC / MAXPPP)