VIDEO. Polanski à la Cinémathèque : faire la distinction entre l'artiste et l'homme est "assez hypocrite"

Selon la porte-parole de l'association Osez le féminisme, Raphaëlle Rémy-Leleu, "il est inacceptable que dans notre culture on valorise de tels hommes qui fuient la justice et sont accusés de viols".

FRANCEINFO
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

L'association Osez le féminisme appelle à manifester lundi 30 octobre à 19h30 devant la Cinémathèque française, à Paris, contre la rétrospective consacrée au cinéaste franco-polonais Roman Polanski, accusé de viols et d'agressions sexuelles par plusieurs femmes.

Pour Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole de l'association, invitée de franceinfo, "c'est assez hypocrite de faire la distinction" entre "l'artiste" et "l'homme". "On apprend par exemple aux élèves à analyser une œuvre dans son contexte, avec la biographie de l'auteur. Est-ce que la Cinémathèque, dans 10 ans, 20 ans ou peut-être un siècle assumera d'avoir été aux côtés de cet auteur et de la construction de son impunité ? On n'en est pas sûr. En tout cas, c'est cette impunité sociale qu'il est important d'interroger", a-t-elle souligné.

"Ces hommes, ces agresseurs profitent des situations de pouvoir"

Interrogée sur le maintien de la rétrospective Polanski à la Cinémathèque, la ministre de la Culture François Nyssen a expliqué qu'il s'agissait "d'une œuvre" et non "pas d'un homme". "Je n'ai pas à condamner une œuvre", a-t-elle affirmé. 

"C'est impossible de faire entièrement la séparation des deux", a répondu Raphaëlle Rémy-Leleu, "d'autant plus que ces hommes, ces agresseurs profitent des situations de pouvoir, on l'a bien vu dans l'affaire Weinstein, pour agresser des femmes".

"Il convient de rappeler que Roman Polanski est en fuite depuis 1978, qu'il y a cinq plaintes contre lui pour des viols sur des mineurs. Il est inacceptable que dans notre culture on valorise de tels hommes qui fuient la justice et sont accusés de viols", a ajouté la porte-parole d'Osez le féminisme.

Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole de l\'association Osez le féminisme, le 30 octobre 2017.
Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole de l'association Osez le féminisme, le 30 octobre 2017. (FRANCEINFO)