Pourquoi le ministère de la Famille, de l'Enfance, et des Droits des femmes dérange

Laurence Rossignol a été nommée, jeudi, à la tête d'un ministère élargi. Mais ce choix du président de la République ulcère les féministes, à gauche comme à droite.

Laurence Rossignol, désormais ministre de la Famille, de l'Enfance et des Droits des femmes, le 6 mars 2015, à Matignon (Paris).
Laurence Rossignol, désormais ministre de la Famille, de l'Enfance et des Droits des femmes, le 6 mars 2015, à Matignon (Paris). (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Mis à jour le , publié le

Une nomination et une polémique. Laurence Rossignol a été nommée ministre de la Famille, de l'Enfance et des Droits des femmes, lors du remaniement annoncé jeudi 11 février. L'intéressée est "très heureuse", mais cette féministe convaincue et reconnue peine à rassurer ses pairs, inquiètes du rapprochement entre Droits des femmes, Famille et Enfance. Elles redoutent un "retour aux années 1950".

>> Suivez toutes les réactions et informations liées au remaniement dans notre direct

Francev info vous explique, en détails, pourquoi ce ministère dérange tellement.

Parce que cela enferme les femmes dans un "rôle d'épouse et de mère"

Souvenez-vous des "ABCD de l'égalité". Pour avoir voulu lutter contre les stéréotypes de genre à l'école, la ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, a subi les assauts de la Manif pour tous et consorts. Pourtant, aux yeux des féministes, ce nouveau ministère "enferme les femmes dans le rôle stéréotypé qui leur est assigné depuis des siècles". Dans un communiqué commun, Danielle Bousquet, présidente du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, Chantal Jouanno, présidente de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité du Sénat, et Pascale Vion, présidente de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité du Conseil économique, social et environnemental (Cese), déclarent attendre "des clarifications et des assurances du gouvernement".

Parce que les Droits des femmes ont leur place à l'Intérieur ou à l'Egalité réelle

Alice Coffin, membre du collectif La Barbe, déplore que "la première source d'inégalité et de violence sur la planète, le genre, ne justifie donc pas un ministère à part entière". Selon elle, les Droits des femmes pourraient tout autant être liés à l'Intérieur (concernant les violences faites aux femmes) ou au Travail (avec la lutte contre les inégalités salariales).

D'ailleurs, un intrigant secrétariat d'Etat à l'Egalité réelle a été créé, auquel les Droits des femmes auraient également pu être liés. Mais non.

Parce que c'est une nouvelle reculade de François Hollande sur l'égalité

C'était pourtant bien parti pour les Droits des femmes. En 2012, François Hollande avait promis et créé un ministère des Droits des femmes, confié à Najat Vallaud-Belkacem. Mais il a été progressivement vidé de sa substance. D'abord intégrés à un portefeuille comprenant la Ville, la Jeunesse et les Sports, les Droits des femmes sont ensuite arrivés dans les mains d'une secrétaire d'Etat, Pascale Boistard, sous la houlette du ministère des Affaires sociales et de la Santé. Pour finalement rejoindre, avec ce dernier remaniement, la Famille et l'Enfance. 

"On n'a plus qu'un tiers de ministère", regrette Anne-Cécile Mailfert, ancienne porte-parole d'Osez le féminisme, interrogée par Slate.fr.

Parce que la parité du gouvernement est une illusion

Certes, François Hollande a rétabli la parité entre ministres hommes et femmes. Neuf hommes et neuf femmes ont été nommés ou maintenus à leurs postes. Mais les cinq ministères régaliens (Affaires étrangères, Défense, Finances, Intérieur et Justice) restent occupés par des hommes.

L'Education, la Famille, l'Enfance, la Culture, l’Environnement, les Affaires sociales, la Santé, l’Exclusion reviennent aux femmes. "Dans l’inconscient collectif, ces thèmes sont typiquement 'féminins', car ils sont liés au 'care'. Une idée qui repose sur le préjugé que les femmes seraient faites pour s’occuper des autres", expliquent Les Martiennes.

Parce qu'il ne manque plus qu'une ministre "de la Cuisine"

Preuve (s'il en fallait encore vraiment) que les féministes ont de l'humour, l'annonce de ce nouveau ministère a suscité beaucoup de blagues, souvent très ironiques, sur les réseaux sociaux. Après tout, pourquoi ne pas créer directement un ministère de la popote, s'interrogent les féministes.

???????? Tagada tsoin tsoin, bienvenue au nouveau "ministère de la famille, de l’enfance et des droits des femmes" ! ????????

Posted by Causette on Thursday, 11 February 2016