Victime de son succès, le numéro "anti-relous" a été désactivé

Clara Gonzales, l'une des créatrices du numéro "anti-relous", a expliqué, dimanche à franceinfo, que la ligne a été temporairement désactivée afin de pouvoir trouver des financements à ce service, sollicité plus de 5 000 fois depuis son lancement.

Les créateurs du numéro \"anti-relous\" ont lancé une cagnotte sur Internet afin de pouvoir financer le numéro pendant au moins un an.
Les créateurs du numéro "anti-relous" ont lancé une cagnotte sur Internet afin de pouvoir financer le numéro pendant au moins un an. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le numéro "anti-relous", lancé vendredi 27 octobre par deux militants féministes, est déjà victime de son "succès". Plus de 5 000 SMS ont été envoyés au 06 44 64 90 21 en moins de deux jours. La faute notamment aux nombreux curieux qui ont voulu tester le dispositif. "On n'avait pas forcément anticipé cet emballement", a annoncé, dimanche 29 octobre sur franceinfo, l'une des créatrices du numéro, Clara Gonzales.

Le dispositif a un coût

Malheureusement, "il se trouve que chaque message nous coûte 0,16 centimes d'euro, a expliqué Clara Gonzales. Et, nous ne pouvons plus l'assumer aujourd'hui", a regretté celle qui se présente comme "activiste féministe". Le numéro a donc été temporairement désactivé, dimanche matin. Pour permettre à l'opération de se poursuivre, une cagnotte a été lancée sur Internet : "1 euro = 6 relous", explique la page d'accueil de l'appel aux dons. Grâce ce financement, l'objectif est de le maintenir durant au moins une année.

Lancé vendredi en plein débat sur le harcèlement et les agressions sexuels, ce numéro a été conçu pour lutter contre les dragueurs trop insistants. "On a créé ce numéro anti-relous pour que les femmes puissent avoir un joker, c'est-à-dire le donner, à la place du leur, à la personne qui les importune", a décrypté Clara Gonzales.