Journée des droits des femmes : les blagues d'un député et d'un humoriste fustigées par les internautes

L'humoriste Rémi Gaillard et le député Les Républicains Patrice Verchère se sont fait remarquer mardi 8 mars par un humour jugé sexiste et déplacé.

Patrice Verchère (UMP, Rhône), vice-président co-rapporteur présente son rapport de la mission d'évaluation, "Pour un Etat secret au service de notre démocratie", le 14 mai 2013
Patrice Verchère (UMP, Rhône), vice-président co-rapporteur présente son rapport de la mission d'évaluation, "Pour un Etat secret au service de notre démocratie", le 14 mai 2013 (BERTRAND GUAY / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

On croyait le répertoire épuisé, il se renouvelle toujours. En cette journée internationale des droits des femmes,  mardi 8 mars, des internautes s'en sont pris au comique Rémi Gaillard pour son autoportrait en homme débordé par les tâches ménagères. Quant au député Les Républicains Patrice Verchère, il a été épinglé par une journaliste du Monde pour une blague douteuse sur Myriam El Khomri. 

Le selfie sexiste de Rémi Gaillard

L'humoriste Rémi Gaillard a publié un selfie  qui lui a valu une avalanche de critiques. On le voit dans une cuisine où s'empile la vaisselle sale, et le cliché est ainsi légendé : "Vivement demain ! Et encore, vous n'avez pas vu la salle de bains".

Même si elle a été retweeté quatre cents fois, sa blague n'a pas fait rire tout le monde et lui attiré une volée de bois vert. Une internaute, "Lana" lui a ainsi demandé d'"arrêter les clichés sexistes". 

Kim, elle épilogue sobrement : "avant, Rémi Gaillard me faisait rire. Mais ça, c'était avant".

La blague misogyne du député LR Patrice Verchere

Autre saillie misogyne remarquée, celle du député Les Républicains Patrice Verchère réagissant à un lapsus de Myriam El Khomri. Défendant sa loi controversée, la ministre du Travail venait de dire que le gouvernement avait pris "quinze minutes ... pardon, quinze jours" pour "revoir avec l'ensemble des partenaires sociaux l'intégralité de la démarche". Le député Les Républicains a cru bon de rajouter : "Quinze minutes douche comprise". Une allusion graveleuse à l'ancien président Jacques Chirac surnommé "cinq minutes douche comprise" pour la rapidité supposée du temps passé avec ses conquêtes.

La journaliste parlementaire du Monde Hélène Bekmezian, qui avait saisi au vol ces paroles, a interpellé l'élu sur Twitter : "Vous n'avez pas honte ?"