Egalité hommes-femmes : quel est le bilan du quinquennat Hollande ?

Les avancées restent insuffisantes, selon l'association Le Laboratoire de l'égalité.

Ces manifestants réclament l\'égalité salariale entre hommes et femmes, le 7 novembre 2016 à Paris.
Ces manifestants réclament l'égalité salariale entre hommes et femmes, le 7 novembre 2016 à Paris. (MICHAEL BUNEL / NURPHOTO)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'égalité hommes-femmes a-t-elle progressé sous le quinquennat de François Hollande ? Oui, mais pas suffisamment, selon le think tank féministe Le laboratoire de l'égalité, un cercle de réflexion qui a planché sur le sujet. Ses principales conclusions ont été rendues publiques, mardi 10 janvier, relayées notamment dans le journal Le Monde. Franceinfo se penche sur ce diagnostic.

Les droits des femmes ont été confiés à une ministre 

Premier satisfecit, l'association note qu'en 2012, Najat Vallaud-Belkacem a été nommée "à la tête d’un ministère de plein exercice chargé des droits des femmes, le premier depuis 1981". Mais, depuis, l'étendue de ce poste a été revue à la baisse.

D'août 2014 à février 2016, Pascale Boistard n'a été à la tête que d’un secrétariat d’Etat. Puis la thématique a de nouveau été confiée à une ministre, Laurence Rossignol. Mais celle-ci est également chargée de la famille.

Une loi sur l'égalité hommes-femmes a été promulguée

Autre signe de la bonne volonté de départ du gouvernement : la loi du 4 août 2014 "pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes". Avec, relève Le Monde, "des mesures concrètes, comme la parité dans les conseils départementaux, les fédérations sportives ou les chambres de commerce. Les listes devront également être paritaires lors des prochaines élections de représentants du personnel dans les entreprises".

Bémol de taille : les "têtes de liste restent majoritairement des hommes", et les femmes restent, le plus souvent, cantonnées à l'éducation et au social. 

Des sanctions financières ont été actées pour non-respect de l'égalité salariale

Le laboratoire de l'égalité se félicite aussi que "des sanctions financières" aient été décidées pour la première fois "contre les entreprises ne respectant pas l’égalité salariale". "Un peu plus d’une centaine ont payé des pénalités depuis janvier 2013".

Mais il n'y a guère eu de mesures, en revanche, contre "la précarité et le temps partiel, subis en majorité par des femmes", déplore Sarah Saint-Michel, maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne et membre du conseil d’orientation du laboratoire, citée dans Le Monde.

Mais l'ABCD de l'égalité à l'école a été abandonné

Enfin, le cercle de réflexion féministe déplore l'abandon de l'ABCD de l'égalité, qui visait à sensibiliser dès l'école à l'égalité des sexes. "Expérimenté à partir de 2013,  il a été abandonné en novembre 2014 sous la pression de groupes conservateurs", explique Le Monde. Le mouvement La Manif pour tous avait fait de la suppression de ce programme, destiné à lutter contre les inégalités entre filles et garçons de la maternelle au collège, un de ses chevaux de bataille.