Des faux clowns sèment la panique dans plusieurs villes du Nord

Depuis plusieurs jours, des faux clowns terrifiants sèment la panique dans des villes du Nord. Cette mauvaise blague est prise au sérieux par les autorités qui doivent démêler les vraies informations des fausses, et plusieurs plaintes ont été déposées.

(Un homme déguisé en clown en 2013. © REUTERS/Navesh Chitrakar)
Radio France

Mis à jour le
publié le

L'information est rapportée par la Voix du Nord. Dans un long article, le quotidien revient sur un étrange phénomène qui secoue plusieurs villes de la région depuis quelques jours. Des faux clowns terrifiants sèment en effet la panique dans le Nord, notamment autour de plusieurs établissement scolaires.

"Lundi, une collégienne de Sin-le-Noble, dans le Douaisis, dit avoir été poursuivie par un clown armé. Même cas de figure les deux jours suivants avec une jeune fille qui raconte avoir été accostée par un clown, puis une autre de 12 ans qui parle d’un clown armé près de son école qui l’aurait menacée ", rapporte la Voix du Nord. Jeudi, ce sont quatre clowns qui auraient été vus près d'une école à Liévin armés d'une tronçonneuse.

Un phénomène qui se propage sur internet

Ce phénomène n'est pas nouveau, et le Nord n'est pas la seule région concernée. Des clowns terrifiants ont également été vus et interpellés en Haute-Somme ce jeudi, rapporte le Courrier Picard, qui parle d'une "véritable psychose " dans plusieurs établissements scolaires et dans les lieux publics.

Ces "blagues", qui consistent à effrayer les personnes visées, existent depuis plusieurs mois et se propagent via Internet. Elles sont popularisées notamment par des séries américaines dites "horrifiques", comme American horror story, ou des vidéos amateurs en caméras cachées, à l'image de celles réalisées par les Anglais de DM Pranks en 2013.

En Angleterre ou aux Etats-Unis, ces vidéos avaient déjà fait des émules, obligeant la police à mettre en garde les auteurs de ces mauvaises plaisanteries. C'est aussi ce que vient de faire la police du Pas-de-Calais sur son compte Twitter. Dans une série de tweets, elle a rappelé que l'évidence, à savoir que "ces plaisanteries apeurent les enfants ". Mais aussi les dangers liés à ces "blagues".

Ces faits sont en effet pris très au sérieux par les autorités. Elles craignent à la fois que les plaisanteries n'aillent trop loin, mais aussi que certaines personnes effrayées ne réagissent violemment.

De nombreuses fausses rumeurs

Le plus dur pour les policiers du Pas-de-Calais est désormais  de démêler les vraies informations des fausses. Car depuis le début de semaine, les signalements de clowns terrifiants sont légions. Et si certains témoins "sont parfaitement crédibles " selon le Procureur de Douai, Eric Vaillant, cité par la Voix du Nord, d'autres ne sont que des rumeurs.

Plusieurs pages Facebook recensent tous ces "témoignages". Sur celle des "Clowns du Nord", plus d'une cinquantaine sont répertoriés et la très grande majorité n'est évidemment pas avérée. Certains messages sont totalement surréalistes, accusant des clowns de meurtres en pleine rue ou d'agressions sexuelles sur des mineurs. Ces rumeurs sont pour certaines plus anciennes que les faits jugés crédibles par la police. Elles sont essentiellement diffusées par messages privés sur les réseaux sociaux, avec pour seul but d'alimenter la psychose.