Camp de migrants : "J'ai eu honte à chaque pas que j'ai fait à Grande-Synthe" (Laurent Gaudé)

Invité de France Info ce mardi, l'écrivain Laurent Gaudé a raconté sa visite du camp de migrants de Grande-Synthe dans le Nord de la France. "Je ne pensais pas qu'en France il y avait une telle indigence de l'accueil" dit-il.

(Laurent Gaudé, écrivain et prix Goncourt en 2014 © MaxPPP)
avatar
Radio France

Mis à jour le
publié le

"J'ai eu honte à chaque pas que j'ai fait à Grande-Synthe" , a déclaré ce mardi sur France Info l'écrivain Laurent Gaudé, lauréat du prix Goncourt en 2004 et auteur d'un reportage publié cette semaine par l'hebdomadaire "Le 1" .

Laurent Gaudé, écrivain et Prix Goncourt en 2014 : "Je ne pensais pas voir cela en France"
--'--
--'--

"Je ne pensais pas voir cela en France" , a ajouté Laurent Gaudé, qui s’est également rendu à Calais. "J'ai vu des camps de réfugiés dans le monde, notamment à Port-au-Prince ou en Irak, qui sont des lieux de grands désespoirs, puisque ce sont des lieux où les destins se sont arrêtés. Mais je ne pensais pas qu'en France il y ait une telle indigence de l'accueil, notamment à Grande-Synthe" , près de Dunkerque, où vivent environ 1.500 migrants dans l'espoir de rejoindre l'Angleterre.

"Des conditions de vie absolument indignes" 

"C'est un endroit où il y a des tentes qui se serrent sur de la boue, des amas d'immondices, des rats morts... Et il y a des gens qui vivent là" , a souligné Laurent Gaudé, dénonçant "des conditions de vie absolument indignes" .

L'écrivain a regretté par ailleurs l'absence de mobilisation des pouvoirs publics et des citoyens sur cette question : "On ne sent pas en France une mobilisation de Béziers à Mulhouse, en passant par Paris, qui dirait 'cela nous concerne nous, Français', et ça c'est triste parce que c'est fou."