Blocage du port de Calais : huit personnes seront jugées en comparution immédiate lundi

Six migrants et deux militants no borders sont toujours en garde à vue ce dimanche soir à Calais. Ils doivent être jugés en comparution immédiate ce lundi.

(Après la fin de la manifestation de soutien aux réfugiés qui a eu lieu à Calais, une centaine de manifestants avaient pénétré dans la zone d’embarquement des ferries © Maxppp)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Six migrants et deux militants no borders étaient toujours en garde à vue ce dimanche soir à Calais. Ils font partie des 35 personnes qui avaient été interpellées samedi après être monté à bord d'un ferry après une manifestation de soutien aux migrants. Tous devraient être jugés en comparution immédiate ce lundi.

Le ministère de l'Intérieur a annoncé ce dimanche que quinze personnes avaient été placées en garde à vue après le blocage du port de Calais et l'occupation de ce ferry. "Au cours de la nuit dernière, lit-on, les forces de l'ordre ont procédé à l'éviction de 350 migrants qui bloquaient le port (...) 35 individus ont été interpellés par la police aux frontières, dont 26 migrants pour embarquement frauduleux sur un navire, et neuf militants "no borders" pour dégradations en réunion ".

Samedi, le port de Calais avait été bloqué quelques heures après une manifestation en soutien des migrants dans la ville. Plusieurs dizaines de personnes avaient réussi à embarquer sur un ferry britannique à quai. Le fonctionnement normal du port avait été rétabli dans la soirée après l'intervention des forces de l'ordre.

La maire de Calais reçue le 3 février par le gouvernement

Ce dimanche une autre manifestation a lieu à Calais, cette fois ce sont près de 2000 commerçants et entrepreneurs qui sont mobilisés pour la défense du port. Ils dénoncent par ailleurs les conséquences néfastes de la crise migratoire sur leur activité économique.

De son côté, le ministère de l'Interieur a fait savoir que la maire de Calais, Natasha Bouchart, sera reçue le 3 février par le ministre de l'Interieur Bernard Cazeneuve et la ministre de la Justice Christiane Taubira.

La maire de Calais avait réagi hier aux débordements. Elle en appelait au Ministre et demandait l'instauration d'un "dispositif permanent" à Calais.

Le président de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Xavier Bertrand, lui a fait savoir sur son compte twitter qu'il se rendra à Calais ce lundi en fin de matinée pour une "réunion de crise".