Attentats de 2015 : un hommage libre et populaire à Paris

Dimanche place de la République à Paris, un hommage a été rendu aux victimes des attentats de 2015. Un rassemblement au rythme d'une cérémonie officielle, de la lecture d'un texte de Victor Hugo et d'une prestation de Johnny Hallyday.

(Une plaque en hommage des victimes des attentats découverte place de la République à Paris © REUTERS / Philippe Wojazer)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Un hommage sobre a été rendu ce dimanche place de la République à Paris aux victimes des attentats perpétrés en France en 2015. L'affluence était beaucoup moins importante que lors du rassemblement populaire du 11 janvier. Le rendez-vous a été marqué par une succession de temps forts, souvent musicaux.

Emotion et sobriété 

Une chanson écrite par Jeanne Cherhal sur le grand rassemblement du 11 janvier 2015 Un dimanche de janvier  a été interprétée par Johnny Hallyday. Il s’agit d’un "hommage à toutes les victimes, il  faut parler à tous les Français" a  expliqué la mairie de Paris pour justifier son choix.

Johnny Hallyday interprète "Un dimanche de janvier"
--'--
--'--

Johnny Hallyday est monté sur scène, après l'inauguration par François Hollande et Anne Hidalgo, maire de Paris, d’une plaque à la mémoire des victimes. Cette plaque a été dévoilée au pied d'une arbre symbolique, un chêne, planté place de la République.

Parmi le public, un rescapé de la tuerie du Bataclan a assisté à l'hommage aux victimes.

"Je suis là parce que c'est un peu notre 11 septembre. On a été tous choqués en janvier, puis en novembre et là c'était puissance dix avec le nombre de morts et de blessés" dit-il. Thierry ajoute qu'il a toujours en tête "le bruit des Kalachnikov et la vision des morts" .

Le témoignage de Thierry, rescapé du Bataclan, présent à l'hommage de dimanche à Paris au micro de Jérôme Jadot
--'--
--'--

Un espace avait été réservé à près d’un millier d’invités dont 600 à 700 membres et proches des familles touchés par les attentats, aux blessés et à toute personne présente au moment des attaques. L'espace prévu par la ville de Paris pouvait accueillir 20.000 personnes.

Paris, le symbole

La cérémonie a célébré "Paris la résistante" avec notamment la lecture de l'allocution faite par Victor Hugo le 4 septembre 1870, alors que la capitale est menacée par les Prussiens : "Sauver Paris, c'est plus que sauver la France, c'est sauver le monde". 

"Paris capitale de l'amour "  a aussi été mise en avant avec "Les prénoms de Paris  de Jacques Brel, une chanson reprise par le Chœur de l'armée française.

Après La Marseillaise entonnée par ce Chœur, la place s'est progressivement vidée. A 17h30, ce dimanche, le public est invité à venir ou à revenir pour déposer une bougie place de la République. Il sera alors procédé à l'illumination du chêne ainsi que de la statue.