Nicolas Sarkozy : la justice valide les écoutes téléphoniques

Le risque d'un procès se rapproche pour Nicolas Sarkozy. La justice valide ce mardi 22 mars les écoutes téléphoniques qui lui ont valu une mise en examen. Un nouvel obstacle sur la route de la présidentielle en 2017.

Voir la vidéo
France 3

Mis à jour le , publié le

Les avocats de Nicolas Sarkozy ne cachaient pas une certaine anxiété ce mardi après-midi, quelques minutes avant que la Cour de cassation fasse connaître sa décision. Après plusieurs semaines de réflexion, la plus haute juridiction française a finalement tranché en déclarant légales les écoutes effectuées sur les conversations téléphoniques de l'ancien président de la République. "Ce n'est pas fini du tout. Évidemment, Nicolas Sarkozy va continuer à se battre", a réagi Me Spinosi.

L'instruction se poursuit

En septembre 2013, des juges d'instruction décident de placer sur écoute Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog. Ils interceptent alors une discussion dans laquelle les deux hommes évoquent le rôle d'un magistrat, Gilbert Azibert, qui serait susceptible de leur apporter des informations sur une affaire en cours. Nicolas Sarkozy laisse entendre qu'il pourrait aider ce magistrat à obtenir un poste à Monaco.

Ces bribes de conversation ont valu au président du parti d'opposition une mise en examen pour corruption et trafic d'influence. L'instruction de l'affaire des écoutes va désormais pouvoir se poursuivre, ouvrant la voie à un éventuel procès.

Le JT
Les autres sujets du JT