Affaire Bygmalion : "C'est le premier tour de l'élection présidentielle qui se joue"

Le parquet de Paris a requis lundi le renvoi en correctionnelle de Nicolas Sarkozy dans l'affaire Bygmalion. Il lui est reproché le financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012.

Nicolas Sarkozy le 4 septembre 0 La Baule
Nicolas Sarkozy le 4 septembre 0 La Baule (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

"Derrière cette affaire, c'est le premier tour de l'élection présidentielle qui se joue", analyse sur franceinfo Jean-Christophe Galien, spécialiste en communication politique, professeur associé à la Sorbonne.

"S'il était renvoyé en correctionnelle, il ne pourrait pas être jugé avant la présidentielle. Mais par contre c'est la défaite assurée au premier tour. C'est l'enjeu majeur de cette information […] si tant est qu'il gagne la primaire de manière régulière."

"C'est un mauvais coup […] mais pour ce qui concerne la primaire, cela aura peu d'effet négatif", précise Jean-Christophe Galien. "La décision du juge doit tomber avant le premier tour de la primaire de la droite. Les sondages ne le donnent pas favori. On a presque une messe qui est dite."

Pour les adversaires de Nicolas Sarkozy à la primaire de la droite, le positionnement est délicat. "Ils sont gênés […] On ne peut pas imaginer que les cadres du parti ne savaient pas." "D'ores et déjà, il y a un contrôle assez fort sur les investitures pour les législatives de l'année prochaine. On a une cuisine politique qui ne favorise en rien l'expression libre. Ils sont un peu contrôlés. L'élection même à l'intérieur de la primaire est largement maîtrisée."

Jean-Christophe Galien, spécialiste en communication politique : "pour ce qui concerne la primaire, cela aura peu d'effet négatif"
--'--
--'--