Deux suspects étaient en garde à vue mercredi 6 juin dans après-midi après l'agression samedi soir dans la banlieue lyonnaise de trois jeunes juifs portant la kippa"L'auteur principal" présumé est toujours en fuite, ont indiqué le parquet et la police.

"Deux des trois mis en cause", recherchés à leurs domiciles de Villeurbanne (Rhône) en début de matinée par les enquêteurs qui ne les y ont pas trouvés, "se sont présentés" d'eux mêmes et ont été placés en garde à vue peu après 14 heures, a annoncé à la presse le procureur de la République de Lyon, Marc Cimamonti.

"On y est allés mais il n'y avait personne"

La police avait tenté mercredi matin d'interpeller les trois jeunes hommes à leur domicile à Villeurbanne mais ils n'y étaient pas. "Nous avions trois objectifs : on y est allés mais il n'y avait personne, ce qui prouve que l'on visait juste", s'est toutefois félicitée une source policière. Un avis de recherche a été diffusé dans les commissariats.

Samedi vers 18h30, trois jeunes âgés de 18, 23 et 24 ans, coiffés d'une kippa, se rendaient à un office religieux à l'école juive Beth Menahem, à Villeurbanne, lorsqu'ils ont été "insultés et bousculés par trois individus".

Marteau et barre de fer

Décrits comme "d'origine maghrébine", les agresseurs, rejoints par une dizaine de personnes, sont revenus à la charge. Un échange de coups s'est produit durant lequel deux des trois jeunes juifs ont reçu "un coup de marteau et un coup de barre de fer au niveau de la tête", d'après la police. Le troisième a été frappé au bras.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a dénoncé lundi une agression "très grave". Mardi, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a reçu des représentants de la communauté juive, promettant des mesures de sécurité "renforcées" pour assurer une meilleure sécurité de la communauté juive de France.