Seconde Guerre mondiale : 6 juin 1944, les raison du succès des Alliés

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 27/05/2014Durée : 00h48

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Dans un peu moins de deux semaines, nous commémorerons le 70e anniversaire du Débarquement. Une organisation sans faille pour que l'offensive puisse être menée le jour J, à l'heure H. Les Alliés ont élaboré dès 1943 un plan incroyable. Le but premier était de neutraliser l'aviation allemande.

Le 6 juin 1944, les Alliés portèrent à l'ennemi le coup le plus dévastateur et le plus dramatique de tous, avec une formidable quantité d'équipements.

10.000 avions, bombardiers ou chasseurs, 7.000 navires, dont 4.000 bâtiments de transport et de débarquement, 200.000 véhicules de tous types, une armada garée un peu partout. L'Angleterre est transformée depuis 1943 en un gigantesque parking.

Pour la première fois dans l'Histoire, c'est une guerre à l'américaine. Le matériel, et donc l'économie, vont jouer un rôle décisif. L'un dés éléments Iés plus surprenants dé cétté opération, c'est la création de ports artificiels. Deux ports ont été construits par les Britanniques en Angleterre. Le Débarquement allait se produire en Normandie, sur un lieu où il n'y avait pas de port en eau profonde. Les Alliés ne veulent pas prendre Le Havre, trop défendu. Ils vont essayer de prendre Cherbourg mais ne le feront que fin juin. Alors il faut acheminer où l'on pourra débarquer les hommes et surtout le matériel.

Encore faut-il que le jour J, matériels et hommes puissent débarquer sur les plages de Normandie, sans être mitraillés Le général en chef Eisenhower en fait une condition du succès. L'espace aérien doit appartenir aux seuls Alliés, grâce à un plan élaboré de longue date. Pour frapper les usines d'aviation, les aérodromes et les stocks d'essence, les bombardiers alliés doivent être escortés par des avions de chasse. Un an avant le Débarquement, le fameux Spitfire n'atteint que la côte belge. Mais dès l'été 1943, le Thunderbolt, puis le Mustang, peuvent toucher l'Allemagne grâce à 2 réservoirs supplémentaires. Les réservoirs largués, l'avion plus léger peut rentrer en Angleterre sur le réservoir principal. Au printemps 1944, une grande part de l'aviation nazie est clouée au sol. Le ciel est enfin libéré pour les appareils alliés.

La veille du G-Juin, l'aviation allemande n'existe quasiment plus sur le théâtre d'opérations. Il reste 300 avions, mais tous ne sont pas en état de voler. Les Alliés en ont plus de 4.000. Le 6 juin, on le voit dans le film "Le Jour le plus long", 2 groupes d'avions allemands font un vol sur les plages, autant dire rien.

Direction la maison. Ça a été le plus grand moment dans l'histoire de la Luftwaffe.

La Luftwaffe a été étrillée, perdant 100% de ses pilotes, entre le début 1943 et la veille du Débarquement, soit 3.000 avions. Elle ne s'en remettra jamais.

Rien n'aurait été possible à l'Ouest, en Normandie, si les Russes n'avaient pas frappé l'armée allemande a l'Est. Le 22 juin 1944, débute une offensive d'envergure en Biélorussie Elle anéantit une partie des divisions de Panzer, ouvrant la voie vers Varsovie et Berlin. Cette nouvelle offensive coûtera 180.000 soldats à l'Armée rouge, 3 fois plus que le nombre combattants alliés tués pendant la bataille de Normandie. Sans le sacrifice conjoint de ces hommes, la victoire sur l'Allemagne nazie n'aurait pas été envisageable.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==