Un Français sur cinq est touché par un excès de cholestérol

19,6 % des adultes en France présentent un excès de cholestérol dans le sang, selon une étude publiée mardi dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire. Cette enquête, la première du genre, a été effectuée en 2006-2007. Les chiffres montrent que les plus touchées sont les 45/65 ans avec plus 30 % de personnes atteintes.

(Simon Daval Maxppp)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Vivre avec un excès de cholestérol dans le sang entraîne un
risque particulièrement accru d'accidents cardiovasculaires. En France, un
adulte sur cinq est concerné par ce fléau qui ne cesse d'augmenter depuis
plusieurs années. Ce sont les résultats d'une étude publiée mardi dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH).

Premiers touchés : les 45-65 ans

Selon l'étude nationale nutrition santé (ENNS) menée en 2006-2007 et publiée ce mardi, 19,6 % des adultes français affichent un taux
supérieur au seuil d'hypercholestérolémie. Les scientifiques ont mesuré le taux de cholestérol de type "LDL", souvent décrit comme le "mauvais cholestérol", par prises de sang, sur un échantillon national de plus de 2.000 individus vivant en France métropolitaine, âgés de 18 à 74 ans.

Les chiffres montrent que les plus touchées sont les personnes âgées entre 45 et 65 ans avec plus 30 % de personnes atteintes. En revanche, le chiffre recule un peu à 28,2% pour les 65/74 ans, selon ces chiffres tirés de l'ENNS.

Autre enseignement, le nombre de Français suivant un traitement contre l'excès de cholestérol est faible. Seuls 12,5 % des 18-74 suivaient un traitement adapté au moment de l'étude. 

L'étude sera renouvelée en 2014, dans le but d'estimer les évolutions survenues depuis 2006.

De graves conséquences

L'excès de cholestérol dans le sang ne provoque aucun symptôme
sur le court terme. Il peut en revanche entraîner le dépôt de plaques d'athérome
sur le long terme, soit un dépôt de graisses contre les parois veineuses,
susceptibles d'entraîner des thromboses, et potentiellement un infarctus ou un
accident vasculaire cérébral (AVC).

En France, le taux de cholestérol considéré
comme normal doit être inférieur à 1,6 g/l si la personne ne présente aucun
facteur de risque (cigarette, diabète, hypertension), 1,3 g/l si elle en
présente. Les nouveaux chiffres publiés mardi placent le taux de cholestérol
en France dans la moyenne des pays riches à hauts revenus.