Nuit des étoiles 2015 : les trois temps lumineux à ne pas manquer

Les amoureux du ciel ont rendez-vous, à partir de ce soir, avec les Belles d'été, la Voie lactée et les Perséides.

Le 8 août 2007, lors du 17e festival d\'astronomie de Fleurance (Gers).
Le 8 août 2007, lors du 17e festival d'astronomie de Fleurance (Gers). (LIONEL BONAVENTURE / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Trois jours les yeux dans les étoiles. Les conditions météo devraient être favorables ce week-end pour la 25e Nuit des étoiles qui se déroule les 7, 8 et 9 août. L'Association française d'astronomie (AFA) propose une carte des 400 manifestations gratuites qui ont lieu pendant ces trois jours partout en France. Elle conseille aux astronomes amateurs une observation à l'œil nu "pour une vision grand angle", dans un lieu dégagé, à l'écart des lumières urbaines.

>> Lire aussi : Comment profiter au mieux de la Nuit des étoiles ? 

Comment se passe une nuit d'observation idéale ? En trois temps : 

Au crépuscule : contempler les "trois Belles d'été"

Une fois le crépuscule installé, vers 22 heures, l'Association française d'astronomie (AFA) suggère de commencer par repérer les "trois Belles d'été". Véga, Déneb et Altaïr "se dévoilent au zénith", alors que Jupiter, géante gazeuse, et Mercure, la plus proche du soleil, ont déjà disparu derrière l'horizon nord-ouest. Au même moment, signale l'AFA, Saturne, la planète géante aux anneaux, pourra être observée "au dessus de l'horizon sud-ouest".

\"Les belles d\'été\" ou le triangle d\'été composé de trois étoiles brillantes : Vega (en haut à gauche), Altair (en bas au centre) et Deneb (tout à gauche).
"Les belles d'été" ou le triangle d'été composé de trois étoiles brillantes : Vega (en haut à gauche), Altair (en bas au centre) et Deneb (tout à gauche). (ESA / AFP)

Lorsqu'il fait nuit : se perdre dans la Voie lactée

Vers 23 heures, laissez votre regard se perdre à travers la Voie lactée, afin d'y débusquer grappes d'étoiles et nébuleuses. L'AFA cite les différentes constellations qu'on peut identifier, "de Cassiopée au Scorpion en passant par le Cygne et le Sagittaire".

La Voie lactée est la galaxie dans laquelle se situe notre système scolaire. Elle est visible dans de bonnes conditions d'observation, sous forme d'une bande claire dans le ciel nocturne.

Une photo prise par le télescope Hubble pour la Nasa montre les étoiles les plus brillantes de la Voie lactée, à 25 000 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Sagittaire.
Une photo prise par le télescope Hubble pour la Nasa montre les étoiles les plus brillantes de la Voie lactée, à 25 000 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Sagittaire. (NASA / ESA / HUBBLE / AFP)

Au cœur de la nuit : guetter les Perséides

C'est après 23 heures, explique encore l'Association française d'astronomie, que l'on peut commencer à observer les premières étoiles filantes à l'œil nu, les fameuses Perséides dont l'activité est importante durant cette période. Car la Terre, détaille l'AFA, croise comme chaque été la trajectoire d'un essaim de poussières échappées de la comète Swift-Tuttle. Cette comète se décale peu à peu en août vers Persée, selon le site du magazine Futura sciences, d'où le nom de Perséides.

Ces "étoiles filantes" – appelées météores par les astronomes – sont visibles sous formes de traînées lumineuses brillantes lorsqu'elles entrent dans l'atmosphère terrestre alors que leur température s'élève alors à 2 000 °C. "2015 promet d’être une cuvée exceptionnelle !", assure Sciences et avenir. "Le maximum est prévu vers 5 heures du matin le 13 août avec, en moyenne une étoile filante toutes les minutes ! Ce jour-là, il faudra aussi être attentif vers 1 heure du matin, car la Terre devrait traverser pendant une heure un autre filament de poussières laissées par la comète", prévient le Danois Peter Jenniskens, de l’Institut Seti. Le magazine ajoute : "Avec un ciel bien noir dû à l’absence de Lune – qui se lève en fin croissant vers 5h30 –, le spectacle promet d’être grandiose."

Surtout, ne soyez pas impatient. Pour espérer voir un maximum de ces débris cométaires pénétrer dans notre atmosphère, à une vitesse moyenne de 59 km/s, prévient Futura sciences, "il est préférable de rester de longues heures étendu dehors à scruter le firmament". De la patience avant toute chose ...

Des Perséides\" dans le ciel de Sieversdorf, en Allemagne, le 12 août 2013.
Des Perséides" dans le ciel de Sieversdorf, en Allemagne, le 12 août 2013. (MAXPPP)