Après avoir découvert de l'eau sur Mars, la Nasa freinée par les microbes de son robot

L'agence spatiale américaine craint que Curiosity, son petit laboratoire mobile, ne contamine la planète rouge avec des microbes terrestres.

Un autoportrait de Curiosity, le robot de la Nasa à la surface de Mars, diffusé par l\'agence spatiale américaine, le 24 février 2015.
Un autoportrait de Curiosity, le robot de la Nasa à la surface de Mars, diffusé par l'agence spatiale américaine, le 24 février 2015. (NASA / JPL-CALTECH / MSSS / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Après avoir découvert de l'eau sur Mars, la Nasa fait face à une situation des plus frustrantes. L'agence spatiale américaine est confrontée à l'impossibilité de laisser davantage progresser son robot Curiosity, de crainte que le petit laboratoire mobile ne contamine la planète rouge avec des microbes terrestres.

"Curiosity n'est pas fait pour aller dans des endroits pouvant abriter une vie microbienne, explique à l'AFP Michael Meyer, scientifique au sein du programme d'exploration martienne de la Nasa. Pour cela, il nous faudrait un plus haut degré de propreté."

Curiosity ne peut pas s'approcher des traces d'eau

La Nasa a annoncé lundi que la présence d'eau liquide sur Mars n'était pas seulement de l'histoire ancienne mais qu'il en coulait encore certainement sur la planète sous forme de ruisseaux de saumure. Une annonce qui révolutionne la compréhension de la planète rouge et dope l'espoir d'y trouver la vie.

Sauf que voilà la Nasa ne l'avait pas franchement prévu et Curiosity, qui a coûté des milliards, ne peut en aucun cas approcher des traînées humides apparaissant sur certaines pentes de la planète rouge. "Nous ne voulons pas qu'on se souvienne de nous comme l'espèce qui est allée sur une planète et a éliminé toute vie pouvant s'y trouver", explique Jorge Vago, scientifique membre du projet ExoMars de l'Agence spatiale européenne (ESA).

Eviter que des bactéries terriennes puissent prospérer

L'ESA, la Nasa et d'autres agences suivent les règles d'un traité international visant à "éviter toute contamination dommageable" au cours des explorations spatiales. Des bactéries terriennes "pourraient, dans certaines conditions, trouver un cadre pour prospérer" sur Mars, précise Jorge Vago : "Ce n'est pas envisageable."

Pour l'instant, la prochaine mission martienne de l'agence spatiale – Mars 2020 – ne prévoit pas non plus de stérilisation en profondeur, indique Jim Watzin, directeur du programme d'exploration martienne de la Nasa. Il ne ferme toutefois pas la porte à de possibles adaptations ultérieures.