INFOGRAPHIES. Qui est "l'Homo naledi", découvert cette semaine en Afrique du Sud ?

Un mélange de caractères modernes et archaïques. Deux images pour comprendre à quoi ressemblait l'"Homo naledi", nouvel arrivant dans l'arbre généalogique humain.

avatar
Nicolas EnaultFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Est-il le chaînon manquant ? L'Homo naledi, découvert dans une grotte d’Afrique du Sud, pourrait être un trait d'union entre le genre Homo et celui des australopithèques. Il s'agirait d'une "nouvelle espèce du genre humain" selon les paléontologues qui l'ont présenté au public jeudi 10 septembre et qui l'ont classé dans le genre Homo, auquel appartient l'homme moderne sous l'appellation Homo sapiens

Il présente des caractéristiques avancées : des pieds modernes adaptés aux longues marches et des mains qui laissent supposer qu'il avait la capacité de manier des outils. Mais aussi des traits propres aux australopithèques, comme la célèbre Lucy : épaules et pelvis primitifs, et phalanges incurvées pour grimper aux arbres. Quant à sa boîte crânienne, si elle présente une forme humanoïde avancée, elle reste deux fois plus petite que celle d'un humain moderne : 560 cm3 contre 1 650 pour les premiers sapiens et 1 350 pour l'homme actuel.

La communauté scientifique a accueilli l'annonce avec prudence, notamment parce qu'aucune datation n'a été précisée. "Il faut être très prudent et ne pas confondre vitesse et précipitation !" indique le paléontologue Michel Brunet, découvreur de Toumaï, le plus ancien hominidé connu (7 millions d'années). Ce nouvel Homo, s'il s'agit bien d'une nouvelle espèce, pourrait se situer au tout début du genre, il y a un peu moins de 3 millions d'années, mais il est à l'heure actuelle impossible de le placer sur la frise chronologique ci-dessous.