Hollande a été opéré discrètement de la prostate en 2011

EXCLU FRANCE INFO | François Hollande a été opéré de la prostate en février 2011, quelques semaines avant sa candidature à la primaire socialiste. Une opération tenue secrète. Mercredi matin, l'Elysée a confirmé une hospitalisation à cette date "pour une hypertrophie bénigne de la prostate". Une intervention qui n'apparaît ni dans son agenda de l'époque, ni sur les bulletins présidentiels. Des bulletins présidentiels que François Hollande s'était engagé à publier tous les six mois mais dont le calendrier n'a pas été tenu.

(Reuters)
Radio France

Mis à jour le
publié le

François Hollande à Valenciennes, à Metz, en Auvergne ou
dans la Sarthe. En février 2011, moins d'un mois avant de se déclarer candidat à
la primaire socialiste, le député de Corrèze multiplie les déplacements. Mais
il y a un trou de plusieurs jours dans son agenda.

 Selon nos informations, le futur président a subi une
opération de la prostate pendant cette période. Un séjour à l'hôpital Cochin de
Paris en deux temps : des examens ambulatoires qui lui ont permis de poursuivre
ses nombreux déplacements dans un premier temps, puis l'opération en tant que
telle. François Hollande a dû être hospitalisé pendant une semaine.

 Intervention chirurgicale sérieuse ? Impossible à savoir exactement en
raison du secret médical. Le dossier est verrouillé, selon une source hospitalière.
Soit il a été mis au secret, soit le patient est parti avec.

Un adénome de la prostate

L'Elysée, contacté par France Info, confirme l'hospitalisation de François Hollande en février 2011 : une opération "bénigne, sans conséquence et sans suivi médical". Mercredi matin, l'Elysée publie un communiqué précisant qu'il s'agit d'une "hypertrophie bénigne de la prostate" et qu'"à la suite de cette intervention, aucun suivi médical n'a été jugé nécessaire".

"Une opération courante mais qui est toutefois un événement dans l'histoire médicale d'un patient ", selon Jérôme Grall, urologue à Dijon qui explique que l' hypertrophie bénigne de la prostate est ce qu'on appelle l'adénome de la prostate. Une pathologie qui commence à la trentaine et qui peut finir par devenir gênante. "Cette maladie est différente du cancer de la prostate mais les deux peuvent coexister ". Selon Jérôme Grall, cette opération de confort est une réussite dans 80 % des cas et nécessite un suivi post-opératoire de plusieurs semaines voire plusieurs mois.

Un bulletin devait être publié tous les six mois

 En février 2013, François Hollande, candidat officiel à la présidentielle,
annonce au Quotidien du médecin avoir passé une visite médicale "très
complète
" pour obtenir le prêt finançant sa campagne. Il se dit aussi
"favorable à donner publiquement et régulièrement les informations liées à
l'état de santé du chef de l'État
" tout en ajoutant que "le respect
de l'intimité du président (...) doit être garanti
". En juin 2012, François Hollande s'est même engagé à publier un bulletin "tous les six mois".

 Or, depuis son élection, François Hollande a publié seulement deux
bulletins de santé laconiques. Un premier en juin 2012 et un second en mars 2013 qui ne révèlent rien
d'anormal.

Le prochain bulletin de santé de l'Elysée est annoncé pour mai ou juin 2014, soit 14 à 15 mois après le deuxième.

En ce qui concerne l'opération de la prostate, l'entourage du chef de l'Etat a précisé à France Info que cette opération n'avait pas à figurer dans les bulletins de santé présidentielle car il n'y a pas de contre-indication à l'exercice du pouvoir.

"Il faut lui faire confiance mais a-t-on le choix ?", se demande Denis Demonpion. Pour lui, cette affaire pose la question de "l'éternel secret " et "le fait que l'on n'ait pas plus d'informations sur l'entourage médical clinique " des chefs d'Etat français. L'auteur du livre Le Dernier Tabou, révélations sur la santé des présidents  demande des bulletins de santé plus explicites.

 

A lire aussi ►►► EDITO : Santé des présidents : faut-il tout dire ?