Mort de la résistante Régine Skorka-Jacubert : Najat Vallaud-Belkacem salue "une femme exceptionnelle"

La résistante Régine Skorka-Jacubert est décédée jeudi, selon un communiqué du ministère de l'Education Nationale. Cette rescapée d'Auschwitz était âgée de 96 ans. Najat Vallaud-Belkacem salue "une femme exceptionnelle".

La résistante Régine Skorka Jacubert, photographiée le 11 juin 2009.
La résistante Régine Skorka Jacubert, photographiée le 11 juin 2009. (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

La résistante Régine Skorka-Jacubert, déportée à Auschwitz à 24 ans et témoin-clé du procès Klaus Barbie, s'est éteinte le jeudi 1er décembre, à l'âge de 96 ans. L'annonce a été faite lundi par la ministre de l'Education Nationale, Najat Vallaud-Belkacem. Dans un communiqué, elle a rendu hommage à une "infatigable militante de la transmission de la mémoire de la Shoah".

Née en 1920 dans une famille juive polonaise, Régine Skorka-Jacubert avait échappé à la rafle de Nancy en 1942. Elle entre en résistance à Lyon, Régine Skorka-Jacubert avait été arrêtée par les nazis et déportée vers Auschwitz-Birkenau en même temps que son frère. Elle survivra aux camps, mais perdra 21 membres de sa famille pendant la guerre, seul l'un de ses frères survivra. Elle sera ensuite un témoin-clé du procès du chef de la Gestapo à Lyon, Klaus Barbie.

Régine Skorka-Jacubert, une "femme exceptionnelle" 

Régine Skorka-Jacubert "a consacré sa vie à raconter son histoire à de nombreux collégiens et lycéens de France", ajoute le communiqué du ministère, qui évoque une "femme exceptionnelle". A partir des années 1980, elle a témoigné dans les établissements scolaires pour lutter contre l'oubli. Régine Skorka-Jacubert a raconté son histoire dans un livre intitulé Fringale de vie contre usine à mort, édité par Le Manuscrit.