Pour la première fois, un ordinateur a gagné une partie de go contre un joueur pro

Le go était le dernier jeu de plateau auquel l'humain restait imbattable. Mais DeepMind, filiale de Google spécialisée dans l'intelligence artificielle, a créé l'exploit.

Une partie de go, filmée par la revue "Nature".
Une partie de go, filmée par la revue "Nature". (NATURE / YOUTUBE)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il y a vingt ans, l'ordinateur DeepBlue battait pour la première fois le champion russe des échecs Garry Kasparov. DeepMind, filiale de Google, vient de franchir un nouveau cap, avec un programme capable de remporter une partie de go, jeu chinois plus complexe à modéliser que les échecs, contre un joueur professionnel, rapporte la revue scientifique Nature (en anglais), mercredi 27 janvier.

Un jeu "tellement intuitif" que personne n'y croyait

Le go se joue sur un tablier (plateau), appelé goban. Il consiste à essayer de contrôler des "territoires", en plaçant des "pierres" noires et blanches, qui représentent les soldats de chaque camp. "Les règles sont très simples" mais "il s'agit "probablement du jeu le plus complexe inventé par l'homme", a souligné Demis Hassabis, cofondateur et directeur exécutif de DeepMind, lors d'un point de presse organisé par le magazine Nature. "Le nombre de combinaisons possibles est supérieur au nombre d'atomes dans l'Univers", assure-t-il.

"Pendant des décennies, les gens ont pensé qu'il y avait quelque chose de mystique dans le jeu de go et que les algorithmes ne seraient pas capables d'atteindre ou de dépasser les performances humaines", note David Silver, coauteur de l'article. "Les gens pensaient que c'était tellement intuitif que les ordinateurs n'en seraient pas capables. Nous avons prouvé que cela n'était pas le cas."

AlphaGo a découvert de nouvelles stratégies

L’exploit a pourtant été réalisé, dans le plus grand secret, en octobre 2015. Jusque-là, les algorythmes de DeepMind jouaient à un niveau amateur. Lors de la rencontre, le système d’intelligence artificielle baptisé AlphaGo a battu, par cinq victoires à zéro, Fan Hui, professionnel de 35 ans, considéré comme le meilleur joueur de go d'Europe.

Acquise par Google en 2014, la start-up britannique DeepMind, a été fondée en 2001. Elle est spécialisée dans le "deep learning", c'est-à-dire les techniques d’apprentissage automatique, et les "neural networks", réseaux de neurones artificiels. Ces algorithmes s’inspirent du fonctionnement du cerveau humain pour résoudre des problèmes. Mais AlphaGo a aussi découvert de nouvelles stratégies, en disputant des millions de parties entre ses réseaux neuronaux et en s'améliorant au fil des mois.

AlphaGo apprend toutefois un peu moins vite qu'un humain. Il devra encore jouer quelques millions de parties pour devenir absolument imbattable. Son prochain défi : affronter le Sud-Coréen Lee Sedo, champion du monde de go, en mars. "J'ai entendu dire que le système de DeepMind est étonnamment fort et qu'il ne cesse de se renforcer, mais je suis confiant et pense être en mesure de le battre au moins cette fois-ci", déclare Lee Sedol, dans un communiqué.