Le robot Philae s'est réveillé

C'est une information France Info, confirmée par le CNES, le centre national d’études spatiales. Après sept mois de silence, le robot Philae a de nouveau donné signe de vie depuis la surface de la comète Tchouri. La sonde Rosetta a capté samedi soir un court signal de 40 secondes.

(Le robot Philae a émis un signal depuis la comète Tchouri, capté samedi soir, preuve qu'il est toujours en état de fonctionnement. Photo d'illustration © Maxppp)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Le robot Philae, qui avait atterri sur la comète Tchouri, à plus de 500 millions de km de la Terre, il y a un peu plus de six mois a de nouveau donné signe de vie. Le Centre nationale d‘études spatiales (CNES) a capté un signal de 40 secondes samedi soir vers 23 heures via la sonde Rosetta qui se trouve en orbite à 20 kilomètres de la comète.

Philae avait voyagé dix ans sur la sonde Rosetta avant de se poser en novembre dernier sur la surface de la comète, mais il avait cessé d’émettre après quelques heures. Les tentatives pour communiquer de nouveau avec lui avaient toutes échoué et les experts du CNES craignaient que les poussières aient endommagé le robot ou encore que le froid, qui peut tomber à -70 degrés voire en dessous, et la rareté de la lumière, aient altéré ses capacités.  

Philae s'est réveillé. Les précisions d'Alain Gastal
--'--
--'--
 

Le contact rétabli grâce à la puissance d'une ampoule !

Le signal capté hier par Rosetta est donc la preuve que Philae a survécu et que ce que les scientifiques espéraient s'est produit, à savoir suffisamment de soleil pour rechauffer ses instruments et avoir de quoi communiquer avec la sonde en orbite qui lui sert de relais radio. "C'est absolument génial, cela fait plusieurs jours qu'on commençait à se dire : 'Le printemps arrive et il va y avoir un peu plus de soleil'. Donc maintenant, ça y est, on a un peu plus d'énergie sur les panneaux (solaires), on a dépassé les 20 watts et quand on dépasse les 20 watts l'émetteur se met en route ! ", réagit avec beaucoup d'enthousiasme Marc Pircher, directeur du centre spatial de Toulouse. 

"Donc on a reçu un petit signal et on ne désespère pas  dans les jours qui viennent  d'avoir de plus en plus de visibilité et d'informations... et ensuite on pourra commencer à dialoguer dans les deux sens, c'est à dire commencer à lui envoyer des commandes... avec la puissance à peine d'une ampoule ! ", poursuit-il.

 

"Il ne fait que nous surprendre ce petit, on est extrêmement fier de lui" (Marc Pircher au micro de Sophie Bécherel)
--'--
--'--
 

L'aventure continue

L'aventure est donc repartie, à la grande satisfaction de Jean-Pierre Bibring, astrophysicien à l'Institut d'astrophysique spatiale et responsable de la caméra embarquée sur Philae. "Philae est en plutôt très bonne forme, la puissance est revenue, on a même des températures à l'intérieur supérieures à ce qu'on espérait, donc oui, on est en bonne forme ", explique-t-il.

"Philae a stocké des informations depuis plusieurs jours mais n'a pu les communiquer à l'orbiteur que la nuit dernière. Ces données sont des données de fonctionnement et de ce qu'e l'on a pu lire, l'ensemble des systèmes a l'air d'avoir supporté les très basses températeures qu'a subi Philae après s'être posé en novembre ", poursuit-il. "Une nouvelle aire d'observation " commence maintenant pour Philae, se réjouit l'astrophysicien.

 

"A nouveau, l'aventure continue" (Jean-Pierre Bibring au micro de Sophie Bécherel)
--'--
--'--