Les films et jeux vidéo en 3D "déconseillés" aux enfants de moins de 6 ans

Les images en relief pourraient avoir des "effets sanitaires plus marqués" sur les jeunes enfants que sur les adultes.

Une petite fille regarde un écran 3D dans un magasin Samsung, le 28 octobre 2011, à Séoul (Corée du Sud).
Une petite fille regarde un écran 3D dans un magasin Samsung, le 28 octobre 2011, à Séoul (Corée du Sud). (JO YONG HAK / REUTERS)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Une étude met en relief les dangers de la 3D. Les films et les jeux vidéo utilisant cette technologie sont "déconseillés" aux enfants de moins de 6 ans, avertit, jeudi 6 novembre, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l'environnement et du travail (Anses). L'agence recommande aux jeunes de moins de 13 ans d'en faire un "usage modéré" et aux adultes ayant certains troubles visuels de "limiter" le visionnage d'images en 3D.

L'Anses prône cette restriction car les "effets sanitaires" sont "plus marqués" chez l'enfant que chez l'adulte. C'est, en effet, durant l'enfance que le système visuel se "développe activement", ce qui le rend "plus vulnérable", explique l'agence publique. "Le développement de ces technologies pose la question de leur impact éventuel sur la santé (...) en cas d'exposition prolongée, tout particulièrement pour les enfants et adolescents", justifie l'Anses.

Les Google Glass, plus nuisibles encore ? 

Des fabricants comme Nintendo, qui produit la 3DS, une console portable dotée de cette technologie, mettent déjà les parents en garde. "L'utilisation de l'affichage 3D par un enfant de 6 ans ou moins pourrait endommager sa vue", écrit par exemple la firme japonaise qui conseille aux parents de "bloquer" la fonction 3D des consoles quand elles sont utilisées par de jeunes enfants. L'Anses demande parallèlement aux créateurs de contenus 3D de "limiter les effets produits" avec des images "de qualité".

La Professeure Béatrice Cochener, ophtalmologue spécialiste des questions de 3D au CHU de Brest (Finistère), estime, pour sa part, que "la 3D au cinéma est très contrôlée avec des effets très peu importants et bien maîtrisés"Elle alerte, en revanche, sur les "risques beaucoup plus importants" des nouvelles "lunettes à réalité augmentée" de type Google Glass, susceptibles, elles, de générer des "troubles sensoriels graves".