Découverte d'une surprenante planète géante : "Ça nous oblige à tout repenser", explique un astrophysicien

Une planète géante gazeuse a été localisée près d'une étoile naine. La découverte et l'étude de ces planètes extrasolaires "créent actuellement une révolution scientifique", s'est réjoui l'astrophysicien François Forget sur franceinfo.

Les télescopes installés dans le désert d\'Atacama, au Chili, en avril 2016. 
Les télescopes installés dans le désert d'Atacama, au Chili, en avril 2016.  (B.A.TAFRESHI)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

NGTS-1b, immense planète gazeuse, a été découverte par la Royal Astronomical Society (RAS) de Londres. Une géante qui, en théorie, ne devrait pas exister. Elle a en effet été découverte proche d'une petite étoile, ce qui remet en question ce que l'on sait de la formation de ces astres. "C'est une découverte très chouette parce qu'elle fait partie de toutes ces découvertes qui créent actuellement une révolution scientifique", s'est enthousiasmé jeudi l'astrophysicien, planétologue et directeur de recherche au CNRS, François Forget sur franceinfo. "Ça nous oblige à tout repenser, à remettre en question certaines théories" comme "la théorie des formations des systèmes".

franceinfo : Où est cette planète "monstre" ?

François Forget : Elle est assez loin parmi toutes les exoplanètes. Elle est à peu près à 600 années-lumière. C'est une découverte très chouette parce qu'elle fait partie de toutes ces découvertes qui créent actuellement une révolution scientifique. C'est une planète géante gazeuse. Ce sont des planètes qui font plus de 10 fois la taille de la Terre, comme Jupiter dans notre système solaire. Cela fait plusieurs années qu'on en a découvertes autour d'autres étoiles. Celle-là, en particulier, fait partie d'une gamme de planètes très étonnantes qui a vraiment révolutionné notre compréhension de ces astres. Ce sont des Jupiter chaudes, situées plus de 30 fois plus près de son soleil que la Terre. La durée de son année est de quelques jours. Donc elle est tout près de son étoile. Et il se trouve qu'elle est à côté d'une étoile qui est relativement plus petite que le Soleil.

Ce n'est pas vraiment une découverte exceptionnelle alors ?

Non. Mais celle-ci a été mise en valeur parce que c'est la première découverte d'une nouvelle expérience d'observation astronomique qui s'appelle le NGTS, Next-generation transit survey, un ensemble de télescopes qui est sur les montagnes du Chili. On découvre une diversité extraordinaire. Le système solaire semblait très logique pour nous : le soleil, quatre petites planètes rocheuses comme la Terre ou Mars qui se sont formées près du Soleil - où il faisait chaud, où il n'y avait pas trop de glace, d'eau pour constituer des grosses planètes - puis au-delà, des planètes géantes comme Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune… Là, on a un système complètement différent avec une petite étoile, qui fait à peu près la moitié de la taille du Soleil et juste à côté cette grosse planète comme Jupiter.

Qu'est-ce que ça change ?

Si on avait eu cette discussion, il y a 20 ans, je vous aurais expliqué qu'on a tout compris. Les planètes rocheuses sont là parce qu'il n'y avait pas beaucoup de glace, d'eau. Au-delà, il y avait beaucoup de matériel pour rassembler de la glace et ensuite pour conserver une atmosphère d'hydrogène et d'hélium, ce que la Terre n'a pas gardé. Ce qui change, c'est qu'on voit complètement autre chose. La grande découverte, c'est que les planètes se déplacent. On a compris que c'est même arrivé dans notre système solaire. Pendant sa formation, Jupiter s'est déplacée : elle s'est approchée du soleil puis a reculé.

Quelles perspectives ces découvertes ouvrent-elle ?

Cela nous oblige à tout repenser, à remettre en question certaines théories. Savoir que les planètes se déplacent remet en question la théorie des formations des systèmes. On pensait, qu'en général, il fallait beaucoup de matériel donc une grosse étoile au départ et un fort champ de gravité pour qu'une planète géante se forme. Mais, ici, ce n'est pas le cas. On va pouvoir faire des statistiques et mieux comprendre tout cela. C'est une grande enquête avec plein d'indices, un vrai puzzle. Je vous donne rendez-vous dans 5, 10, 20 ans pour le reconstituer. La pièce qui nous intéresse le plus ? Savoir s'il y a d'autres Terres, si notre système solaire et notre planète sont exceptionnels ou non.

Découverte d'une surprenante planète géante : l'étude des planètes extrasolaires "nous oblige à tout repenser", explique François Forget, astrophysicien
--'--
--'--