Découverte d'une neuvième planète dans le système solaire : "On pourra la voir d'ici une dizaine d'années"

Deux astronomes américains auraient découvert une nouvelle planète dans le système solaire. Francetv info a interrogé l'astronome italien Alessandro Morbidelli pour en savoir plus.

La Voie lactée photographiée depuis les Dolomites, dans les Alpes italiennes, le 29 août 2014.
La Voie lactée photographiée depuis les Dolomites, dans les Alpes italiennes, le 29 août 2014. (MARKA / UNIVERSAL IMAGES GROUP EDITORIAL)

Propos recueillis par

Mis à jour le , publié le

La famille des planètes du système solaire se serait-elle agrandie ? Mercredi 20 janvier, deux astronomes américains affirment dans The Astronomical Journal (en anglais) avoir découvert une neuvième planète dans notre système solaire. Planète qui serait même la cinquième plus grosse après Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune, d’après les deux scientifiques. Et pourtant aucun télescope n’a pu la voir jusqu’à présent. Pour la repérer dans l’univers, Konstantin Batygin et Michael Brown, de l’Institut technologique de Californie (Caltech), ont eu recours à de savants calculs. Mais alors comment peut-on être sûr de son existence ? Pourra-t-on la voir un jour ?

Francetv info a interrogé Alessandro Morbidelli, directeur de recherche au CNRS et astronome à l'Observatoire de la Côte d’Azur, pour en savoir plus sur les circonstances de cette découverte.

Francetv info : Cette planète serait dix fois plus grosse que la Terre. Comment a-t-on pu la louper jusqu'ici ?

Alessandro Morbidelli : D’abord parce qu’elle est très loin de nous. On estime qu’elle se balade à une distance équivalente à 200, voire 1000 fois la distance de la Terre au Soleil. Et comme elle est très éloignée, elle est très peu lumineuse.

Elle est aussi très lente et on ne la voit pas forcément bouger. Elle ferait le tour du Soleil en 10 000 à 20 000 ans, bien loin de nos 365 jours. Donc on peut facilement la confondre avec une étoile qui ne bouge pas. 

Sauf que l'étoile produit une énergie qui la fait briller, ce qui n'est pas le cas de cette planète. Si on peut parler de planète, c’est parce que la masse identifiée a une influence sur les objets les plus proches d’elle. C’est d’ailleurs par cet effet d’attraction que les scientifiques américains l’ont repérée sans la voir. Cette planète "laisse sa signature" dans l’univers.

Mais si personne ne l’a vue, comment peut-on être sûr que cette planète existe ?

Ce sont ces perturbations sur un ensemble d’objets qui nous font penser qu’une planète se trouve là. Les scientifiques ont remarqué que les objets de la ceinture de Kuiper, qui se trouve au-delà de Neptune, ont des orbites qui ne sont pas disposées au hasard. Elles sont toutes sur un même plan incliné de 15 degrés par rapport à la Terre. Et sur ces plans, tous les objets en orbite ont la même orientation.

C’est la combinaison de ces deux observations qui fait qu’il n’y a que 0,007% de chance pour que ce soit un hasard. Il faut qu’il y ait un agent qui piège ces objets dans son orbite pour créer un tel phénomène. Et cet agent, c'est la fameuse neuvième planète.

Il faudra lui donner le nom d'un dieu romain, comme c'est le cas des autres planètes du système solaire.

Pourra-t-on la voir un jour ?

Oui, mais il va falloir être patient et avoir un télescope très puissant. D’ici une dizaine d’années, on devrait l’avoir repérée. Cela paraît long, mais ce n’est pas parce qu’on sait que cette planète existe qu’on sait où elle se trouve. Maintenant qu’on connaît ses caractéristiques, on sait quoi chercher, ce qui est déjà une avancée. 

En général, pour trouver un objet dans le ciel, on compare deux photos prises à 10 ou 15 minutes d’intervalles pour voir ce qui a bougé entre les deux. Mais comme là, on est face à une planète qui bouge très lentement, il va falloir confronter des images du ciel plus décalées dans le temps. Et cela risque de prendre un certain temps parce que nous n'avons aucune idée de l’endroit exact où on doit chercher. On connaît la trajectoire de son orbite, mais on ne sait pas où elle se trouve sur cette course.