Ce que l'on sait sur la potentielle neuvième planète de notre système solaire

Des scientifiques affirment avoir des preuves de l'existence d'une neuvième planète dans notre système solaire. 

Des scientifiques américains ont publié, mercredi 20 janvier 2016, des éléments laissant penser à l'existence d'une neuvième planète dans notre système solaire. 
Des scientifiques américains ont publié, mercredi 20 janvier 2016, des éléments laissant penser à l'existence d'une neuvième planète dans notre système solaire.  (MENDOWONG PHOTOGRAPHY / MOMENT RM / GETTY)

Mis à jour le , publié le

Et si notre système solaire était plus vaste que nous ne le pensions ? Deux astronomes de l'Institut de technologie de Californie (Caltech) ont trouvé plusieurs éléments accréditant l'existence d'une neuvième planète, comme ils le démontrent mercredi 20 janvier dans The Astronomical Journal (en anglais). "Il n'y a eu jusqu'à présent que deux planètes découvertes dans notre système solaire depuis l'Antiquité et ce serait dans ce cas la troisième", a déclaré Michael Brown, professeur d'astronomie planétaire et coauteur de l'étude. Francetv info fait le point sur ce que l'on sait de cette planète mystérieuse.

Une planète géante et fort, fort lointaine

Si la "Planète 9" existe, elle est énorme", assure le Washington Post (en anglais). Elle serait même la cinquième plus grosse planète de notre système, derrière Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Selon les scientifiques, il s'agirait en effet d'une planète géante qui serait dix fois plus massive que la Terre.

Son orbite serait en moyenne vingt fois plus lointaine que celle de Neptune, déjà à 4,5 milliards de kilomètres du Soleil. Elle ferait donc le tour du Soleil en 10 000 à 20 000 ans. 

Cette découverte est un pur hasard

Dans un premier temps, Scott Sheppard et Chad Trujillo avaient, en 2014, publié un article parlant de l'existence d'une potentielle neuvième planète. "On pensait que leur idée était folle", a expliqué Michael Brown. Le chercheur a pourtant vite changé d'avis. Alors qu'il travaillait avec Konstantin Batygin sur le mouvement de planètes naines et d'autres petits objets, ils se sont aperçus que la gravité d'une planète devait influencer le trajet de ces objets. 

"Jusque-là, nous ne croyions pas vraiment nos résultats nous-mêmes. Nous pensions tout simplement que ça n'avait pas de sens", explique Michael Brown dans le Washington Post. "Mais leur modélisation a montré qu'une planète à la masse dix fois plus importante que celle de la Terre influencerait l'orbite des plus petits corps, les empêchant de se rapprocher du Soleil comme ils devraient le faire", ajoute le journal. 

Rien n'est confirmé

Cette planète n'a pas été observée directement. Mais Michael Brown et Konstantin Batygin sont formels. Pour eux, la probabilité que le mouvement de ces objets soit dû au hasard est de 0,007%. "La chasse à la neuvième planète est désormais officiellement ouverte", note 20 Minutes. L'observer directement relèverait de l'exploit, la planète étant environ 10 000 fois moins brillante que Pluton. 

"Mais Mike Brown estime que des télescopes sur Terre sont assez puissants pour toucher le gros lot, avec de la chance", continue le site. Les chercheurs s'étonnaient, de plus, de l'absence de ce type de planète – courante dans l'Univers – au sein de notre système solaire.