Des fossiles de plumes de dinosaures découverts sur le chantier du TGV Tours-Bordeaux

Cette découverte a été permise par la construction de la ligne à grande vitesse et les tranchées creusées pour l'occasion. Ce site paléontologique éphémère sera bientôt recouvert par les rails.

Le chantier de la LGV Tours-Bordeaux, à Roullet-Saint-Estephe, le 4 février 2013.
Le chantier de la LGV Tours-Bordeaux, à Roullet-Saint-Estephe, le 4 février 2013. (PIERRE DUFFOUR / AFP)

Mis à jour le , publié le

Des restes de coléoptères, d'ailes d'une nouvelle famille de libellules et trois petites plumes de dinosaure. C'est le butin des fouilles sur le chantier de la ligne de chemin de fer à grande vitesse (LGV) entre Tours et Bordeaux, présenté jeudi 17 juillet par l'association Palaios, qui a mené les recherches pendant deux ans entre Sainte-Maure-de-Touraine (Indre-et-Loire) et Sauzé-Vaussais (Deux-Sèvres).

Ces plumes de dinosaures "couvraient les corps de dinosaures de petite taille, entre 80 et 120 cm de long", a expliqué Xavier Valentin, le paléontologue de l'association"Adeptes de la course, ils ne volaient pas mais couvaient des œufs. Ce sont les ancêtres de nos oiseaux. Cette découverte incroyable conforte l'idée que certains dinosaures étaient couverts de plumes et non d'écailles", a-t-il ajouté.

"Un livre ouvert sur le passé"

Les fossiles collectés sur la commune de Jaunay-Clan (Vienne) en font "un gisement de référence" désormais considéré comme le troisième plus important site d'Europe pour cette période-là après ceux en Hongrie et celui près de Tonnay-en-Charente"C'est un site exceptionnel par sa concentration sur une période clé du crétacé supérieur, base de l'émergence des plantes à fleurs. Nous avons trouvé une flore très diversifiée", explique le paléontologue.

Ces recherches ont pu être menées grâce au chantier de la LGV, "une grosse tranchée sur une centaine de kilomètres", prospectée à pied tous les week-ends pendant deux ans par les membres de l'association "comme un livre ouvert sur le passé"Ce "site éphémère" sera recouvert par la pose des rails, mais une cartographie latérale en dehors de la trace, à 5-6 mètres de profondeur, pourra permettre d'autres fouilles ultérieurement.