Le projet "Landscape House" de l'architecte néerlandais Janjaap Ruijssenaars.
Le projet "Landscape House" de l'architecte néerlandais Janjaap Ruijssenaars. (UNIVERSE ARCHITECTURE)

Ni grues ni échafaudages, mais une immense imprimante 3D pour seul outil. Voilà avec quoi un architecte néerlandais envisage de construire une maison de 1 100 mètres carrés.

Janjaap Ruijssenaars, 39 ans, du bureau d'architecte Universe Architecture d'Amsterdam, souhaite construire la demeure en utilisant une imprimante 3D de modèle D-Shape, fabriquée par l'ingénieur italien Enrico Dini (lien en anglais). En superposant au fur et à mesure des fines couches de matière (5-10 mm), la machine peut imprimer des éléments en 3D mesurant jusqu'à six mètres de long et six mètres de large à partir de roche réduite en sable et d'un agglomérant.

"La première maison imprimée"

Le bâtiment pourrait être une maison ou même un musée, explique l'architecte, selon lequel les éléments traditionnellement construits en béton seraient dans ce cas construits par l'imprimante et assemblés avec d'autres éléments en acier et en verre, qui constitueraient la façade du bâtiment. "Notre ambition est de construire la première maison imprimée", assure Janjaap Ruijssenaars : "Cette imprimante a déjà construit des objets d'art ou des éléments pour des récifs artificiels, mais ce serait la première fois qu'elle serait utilisée pour quelque chose dans lequel on peut habiter."

L'architecte avoue néanmoins que l'idée de départ n'était pas d'utiliser une imprimante 3D, mais il assure que cette technologie s'est avérée être la plus appropriée au vu du défi architectural qu'il s'est lancé, un bâtiment en forme de bande de Möbius, à savoir une surface qui a la particularité de n'avoir qu'un seul côté, sans réel début ou fin.

Un parc national brésilien a déjà manifesté son intérêt pour le projet, qui coûterait environ 4 millions d'euros, affirme l'architecte. Selon lui, la construction prendrait environ dix-huit mois et l'imprimante "pourrait être active pour une demi-année".

( Christophe De Vallambras et Marie Cazaux - France 2)