VIDEO. Le burn-out va-t-il être reconnu comme maladie professionnelle ?

Des députés demandent la reconnaissance de l'épuisement professionnel comme une maladie. Plus de 3 millions de Français sont susceptibles d'être concernés par les conséquences du travail.

Voir la vidéo
France 3

Mis à jour le , publié le

L'épuisement professionnel est une longue descente en enfer pour de nombreux employés. Ce fut le cas de Sylvie Brière qui s'est épuisée nerveusement suite à une surcharge de travail. Elle travaillait 10 à 15 heures par jour, y compris le week-end jusqu'à décider de se faire interner. "Je suis allée voir les médecins, je leur ai parlé, je leur ai dit que je n'allais pas bien, je me sentais surbookée. Je ne mangeais pas, je ne buvais pas",déclare-t-elle. Les témoignages de ce type sont nombreux et envahissent la boîte mail de la députée MRC de l'Aisne, Marie-Françoise Bechtel.

Un appel pour le burn-out

Avec une trentaine de personnes de la majorité, la députée a lancé un appel pour que le burn-out, épuisement physique, psychologique et moral, soit reconnu comme une maladie professionnelle. Quand elle est du fait de l'employeur, il n'y a pas de raisons pour qu'elle incombe au régime général de la sécurité sociale. "Les épuisements nerveux sont imputables au travail" explique la députée.
 
Quant à Marie Pezé, psychologue et responsable du réseau de consultation "Souffrance et travail", il faut d'abord préciser la pathologie avant de reconnaître le burn-out : "Prenons le temps de définir tous les tableaux psychiques et pas que le burn-out", précise-t-elle au micro de France 3. 
Le JT
Les autres sujets du JT
L'Agence italienne de pharmacologie a interdit jeudi 27 novembre deux lots du vaccin Fluad après la mort de trois personnes qui venaient d'être vaccinées et alors qu'une quatrième est tombée gravement malade.
L'Agence italienne de pharmacologie a interdit jeudi 27 novembre deux lots du vaccin Fluad après la mort de trois personnes qui venaient d'être vaccinées et alors qu'une quatrième est tombée gravement malade. (B. BOISSONNET / BSIP / AFP)