Lancée sur un site intitulé CequivavraimentsaoûlerlesFrançais.fr, la campagne ne manque pas de piquant. L'association Vin et société, qui regroupe "500 000 acteurs de la vigne et du vin", monte au créneau contre un projet de taxation sur le vin porté par le ministère de la Santé. Elle revendique, selon les chiffres communiqués à francetv info dimanche 29 septembre, près de 130 000 visites sur son site internet, lancé trois jours auparavant. 

Une taxe "comportementale" qui indigne le secteur

Dans sa ligne de mire : une taxe proposée par des sénateurs dans le cadre d'un projet de fiscalité "comportementale" destiné à faire baisser la consommation des Français en alcool, de sucre et de graisse. Evoquée au printemps par le JDD, elle doit être discutée dans le cadre du projet de budget de la Sécurité sociale pour 2014, examiné au Parlement en octobre. L'association dénonce une "radicalisation du message sanitaire" autour du vin. 

Le site internet de la campagne met en scène des acteurs de la filière dans leurs chais ou leur vignobles - "Si je vous suis bien, dans ma famille, depuis 3 générations on produirait quelque chose de mauvais pour la santé", interpelle un fier vigneron - et pointe du doigt ce qu'elle considère comme des excès "hygiénistes" venus de certains conseillers gouvernementaux, selon les mots du président du Comité interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB), Bernard Farges.

Le ministre de l'Agriculture dément un projet de taxe

Mais elle interpelle aussi directement la tête de l'exécutif : l'association s'est ainsi offert une pleine page de publicité dans le Journal du Dimanche montrant François Hollande dégustant un verre de vin. "Merci, Monsieur le Président, de soutenir la 2ème activité exportatrice de notre pays", dit la légende.

Samedi, Stéphane Le Foll a voulu rassurer : "Je démens toute idée de taxation sur le vin pour 2014", a affirmé le ministre de l'Agriculture au cours d'une réunion avec des professionnels de la filière viticole à Cahors (Lot). 

"Nous demandons un arbitrage de Matignon"

Bien, mais pas suffisant, répond l'association. "Les 500 000 acteurs de la vigne et du vin se félicitent de la position de Stéphane Le Foll, qui est bonne", explique l'attachée de presse de la campagne, Valérie Fuchs, à francetv info. "Mais la campagne de mobilisation va continuer car le projet de taxation ne dépend pas de son ministère."

L'association déplore un manque de concertation. "ll n'y a pas de dialogue avec le ministère de la Santé, qui refuse de nous recevoir depuis dix mois. C'est comme si on discutait de l'avenir de l'automobile sans recevoir les industriels", explique l'attachée de presse.

"Nous demandons un arbitrage supérieur de Matignon. Il faut qu'on puisse aborder cette question de manière transverse, là où aujourd'hui il y a le discours du ministère de l'Agriculture, celui du ministère de la Santé..." L'association réclame l'abandon de tout projet de taxation et la création d'une instance interministérielle dédiée au vin.